Jalousie

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Cet après-midi, suivant les recommandations de ma médecin, je cheminais d’un pas alerte dans les rues de la riante cité qui a l’honneur de bénéficier de mon illustre présence.

Il s’agit d’une commune comme il en existe tant dans notre beau pays. Le « Guide du connard » indique aux voyageurs aventuriers que la cité est « sans intérêt », et ce n’est pas faux. Je pense que 95% des gens qui ne sont pas nés, ou qui n’ont pas passé une grande partie de leur vie, à Landivisiau (nord Finistère) voient la ville d’un œil morne, à son image. 9200 âmes, à une vache près, depuis trente ans, un bassin d’emplois ni mieux ni pire qu’ailleurs, une usine à gaz flambant neuve qui déchaîne les passions au moins autant qu’un certain vaccin, des rideaux de commerçants qui ne se lèvent plus. Sauf un, qui se lève de nouveau, sur une vitrine inédite.

Dans cette ville, l’ouverture d’un commerce, c’est un peu comme une victoire en finale de la coupe du monde de football, ça n’arrive que tous les 20 ans.

Il y a quatre/cinq ans, j’ai pensé reprendre un pas-de-porte pour y installer une échoppe de bouquiniste. Mon projet n’est pas allé bien loin, dans la mesure où je me suis déballonné avant même de rencontrer la première difficulté. Trop fatigant. Il aurait fallu que quelqu’un s’occupe de toute la paperasse, de tous les emmerdements, de toutes les tractations, à ma place. Je serais arrivé le jour de l’ouverture, dans les odeurs de peinture fraîche, de parquet ciré et de romans de gare, en costume de tweed avec des morceaux de cuir aux coudes et des brins de tabac au fond des poches.

A force de tergiverser (et c’est un euphémisme), je me suis fait griller la politesse. Par un type que je connais en plus. Un bonhomme, plutôt sympathique bien qu’atteint de logorrhée aiguë, que j’ai rencontré sur le marché où il vend, déjà, des bouquins d’occasion. L’avantage, c’est que je n’ai plus à me poser des questions. Il n’y a pas de place pour nous deux dans cette ville. En revanche, j’irai le visiter régulièrement, au cas où ses affaires marchent si bien qu’il ait besoin d’un collaborateur.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

18 commentaires sur “Jalousie

  1. Toi, mon double, sais-tu que j’ai rêvé, moi-aussi, d’avoir une boutique de bouquiniste… ? J’ai même tenté l’aventure pendant quelques années en devenant brocanteur ambulant*. Je n’avais pas de costume en tweed, ni les dents jaunies par le tabac, peut-être est-ce pour cela que mon aventure a capoté… ? Et si l’on essayait tous les deux ? J’ai déjà le stock au sous-sol…

    * : La bio étonnante d’Ernest Salgrenn bientôt dispo en livre de poche. Vous y apprendrez qu’il fût tout à tour : balayeur d’atelier (800 m2), monteur de cuisine sur mesure, militaire d’un grade peu élevé, guide de montagne (spécialiste de la jungle épaisse), brocanteur-bonimenteur (l’été uniquement), gypsothérapeute, mécanicien automobile (uniquement sur Fiat Panda), bûcheron (à ce propos, j’ai toujours un lot de chemises à carreaux à céder, taille XXL), et finalement empêcheur de tourner en rond (métier fort peu rémunérateur) avant de prendre une retraite bien méritée.

    Aimé par 4 personnes

      1. Dis donc, toi… tu ne serais pas entrain de tenter de squatter un sous-sol tout aménagé chez une célébrité littéraire ? Et ce, pendant la meilleure période : l’été ? Et ce, dans une région magnifique ? Et ce, alors qu’une des meilleures caves du coin se trouve dans ce même sous-sol ? Et ce, alors qu’une piscine de 12 par 6 se situe à quelques mètres de ce même sous-sol ? Et ce, alors que l’on sait très bien qu’Ernest Salgrenn, sous des aspects bourrus, est un type charmant, adorable, affable, à la conversation raffinée, et qu’il ne saurait donc rien te refuser pour que ton petit confort soit total (cigares de Cuba, langoustes, visiteuses médicales, etc… ) ?
        Petit malin, va !

        Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s