Morphée ose (m’) en faire

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Voilà un petit moment que je ne vous ai pas cassé les arpions avec mon sommeil.

Il paraît que plus on vieillit, moins on dort. Bonne nouvelle, je suis de plus en plus jeune. Si je m’écoutais, je dormirais 24 heures par jour. C’est vrai que cela me laisserait peu de temps pour faire autre chose. Mais, est-il nécessaire de faire autre chose ?

  • Manger ? Qui dort dîne, non ?
  • Se laver ? Les spécialistes du savon et de la peau, les dermatosavonologues, préviennent l’humanité qu’un récurage excessif de l’épiderme au moyen de produits astringents et d’eau calcairisée peut entrainer une disparition définitive de la libido. Je ne me lave pas trop, pas parce que je crains de voir ma libido se faire la malle, je m’en fous, mais car je suis propre naturellement.
  • Vidanger ? Aujourd’hui, il existe des couches très performantes. Lorsqu’elles sont pleines, hop, un trois points par la fenêtre. Parfois, j’oublie d’ouvrir l’huis.
  • Payer ses factures ? Je n’en reçois aucune, enfin presque. Juste le mobile, Canal+, l’assurance de ma voiture et la responsabilité civile, et c’est tout. Comme ce sont des prélèvements automatiques, inutile de me lever pour aller jusqu’à la boite aux lettres.
  • Ecrire ?

J’ai toujours été un gros dormeur, mais, depuis quelques mois, le sommeil m’accapare de plus en plus. J’en viens à me demander si je n’ai pas été piqué par une mouche tsé-tsé. Toutefois, en Bretagne, cet insecte est relativement rare. La probabilité de croiser le chemin vibrionnant (pas sûr sûr de ce mot) d’une mouche tsé-tsé est, à peu près, aussi élevée que celle de voir le soleil (le ?) entre le 23 octobre et le 12 avril.

En réalité, je suis une grosse faignasse. Je pense même être le champion du monde de la fainéantise. L’autre jour, pour la première fois en cinq ans de chômage, une vague connaissance m’a traité de parasite de la société. J’ai acquiescé. Le comble c’est que je suis phobique des parasites.

J’ai travaillé 25 ans. A raison de 45 heures par semaine (si si, les profs travaillent 45 heures par semaine, c’est écrit noir sur blanc dans une directive ministérielle de 1958, sauf les profs d’EPS bien sûr), 36 semaines par an, cela nous fait, sans augmentation du prix des consommations, 40500 heures, soit 1687,5 jours, soit 4,62 années.

Pas étonnant que je doive me reposer.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

5 commentaires sur “Morphée ose (m’) en faire

  1. Bonjour,
    Bien que mère au foyer, mon statut de parasite de la société n’a pas encore été reconnu de manière officielle… Par contre, je revendique mon appartenance au monde des feignasses et je brigue le titre de « grosse feignasse » ! Belle et douce journée (bien au chaud, c’est là où on est le mieux) !

    Aimé par 1 personne

  2. Dans le monde des feignassons, j’admets que le plaisir de lire (voire de commenter) chaque jour vos bonnes petites rubriques sans avoir rien à faire (juste ouvrir les yeux quelques minutes) est plus que réconfortant pour mon esprit et mes doigts manucurés (sauf quand je les mets dans l’oreille ou les narines, selon le temps qu’il fait dehors).
    Bon, je retourne me coucher, il pleut.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s