Comme un lundi

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Moi qui passe la moitié de ma journée à me creuser la tête pour trouver un sujet qui illustrera à merveille ce blog dont on parle, en murmurant, dans le bureau ovale, j’ai laissé passer le sujet idéal, lundi dernier.

Lundi 17 janvier. Le jour le plus déprimant de l’année.

Il parait qu’un aréopage de scientifiques s’est penché sur le calendrier en s’interrogeant mutuellement.

Jean-Kevin : Bon les gars, ça fait bientôt dix ans qu’on n’a pas sorti une grosse connerie. Il me faut des idées. Je vous écoute.

Jean-Steven : Oh la la ! Pfff, je suis chercheur moi, pas trouveur.

Marie-Kimberley : Voilà plusieurs mois que je pense à créer la journée mondiale des journées mondiales.

Jean-Kevin : Bien Marie-Kimberley, tu peux aller nous chercher des cafés s’il te plait. Autre chose ?

Jean-Bill : Arrêtez tout, c’est moi qui ai la grande idée. Marie-Kimberley n’était pas si loin de la vérité. Nous allons faire croire aux gens que nous avons calculé, grâce à des algorithmes auxquels personne ne comprend rien, quelle est la journée la plus déprimante de l’année.

Jean-Steven : Le 14 juillet !

Jean-Kevin : Le 12 avril, c’est l’anniversaire de ma belle-mère !

Jean-Bill : Vous êtes trop cons, tiens !

Après, ils sont allés manger, et comme il y avait des brocolis et des ailes de raie à la cantine, ils ont décidé que l’algorithme choisirait ce jour-là, c’est à dire le troisième lundi de janvier. Afin de ne pas stigmatiser 1/365,25è de la population, ils ont préféré ne pas se décider pour une date fixe.

Pas besoin d’algorithme moi j’vous dis. Le jour le plus déprimant de l’année c’est quand il n’y a plus de chocolat à la maison. Ou de thé à la bergamote. Ou de pamplemousse. Ou de péfion. Bref, les trucs indispensables.

Le jour le plus déprimant de l’année, c’est quand le ciel et la mer se confondent dans un gris linceul (ou, je sais qu’un linceul c’est blanc en principe, mais je fais de la licence poétique, vous ne pouvez pas comprendre, déjà moi j’ai du mal).

Le jour le plus déprimant de l’année, c’est quand vos amours vous hantent, vos amitiés vous manquent, votre famille vous pèse.

Le jour le plus déprimant de l’année, c’est quand l’artiste est en panne d’inspiration, le cuisinier en panne de curcuma, le garagiste en panne d’essence.

Le jour le plus déprimant de l’année, c’est hier. Ou demain. Jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de demain. Qu’il n’y ait plus que des hier.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

7 commentaires sur “Comme un lundi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s