Purge

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Les pas de mes balades médicinales quotidiennes me mènent, parfois, aux abords d’un lieu hautement stratégique, présent dans toutes les communes de France et de Navarre, dont on parle très peu. Pourtant, sans ces installations, la vie courante serait, certes moins confortable.

Il n’y a pas si longtemps, nos ancêtres ne s’embarrassaient pas trop d’hygiène. Se promener dans les rues urbaines présentait un inconvénient majeur, celui de recevoir, sur la tête, le contenu d’une poubelle, dans le meilleur des cas, d’un pot de chambre, si vous aviez la poisse. Si vous êtes observateur(s) ou très vieux, vous avez sans doute remarqué que les anciennes rues pavées sont souvent en pente et légèrement incurvées vers leur centre de manière à faciliter l’évacuation des déchets domestiques vers le cours d’eau le plus proche.

La révolution sanitaire se matérialisa par l’invention du « tout à l’égout ». A côté, la roue, la poudre ou le tire-bouchons sont des progrès mineurs.

Le fonctionnement de ces installations sanitaires me laisse un peu perplexe.

Hier, j’observais l’eau rejetée en aval de la station d’épuration de la commune où je réside. Elle m’a semblé claire, pure, c’est bien simple, on aurait dit de la vodka. Il ne manquait que les blinis. Mais que sont devenues toutes les cochonneries ? Des filtres, dites-vous ? D’accord, je vois bien le principe. Pour les gros cacas. Mais pour les petits pipis ? Des produits chimiques ? Ah bon, très bien.

Sachiez-vous que des scientifiques ont démontré que la moindre goutte d’eau présente sur notre planète contient des résidus de pilules contraceptives ? Et que la virilité décroissante de la population pouvait en être un des effets ? Cela pourrait expliquer, également, la parthénogénèse apparue chez certaines espèces.

L’eau du robinet est, de toutes les eaux à notre disposition, considérée, en France, comme la plus pure et la plus apte à la consommation. Je ne sais pas comment c’est chez vous, mais par chez moi, lorsque je bois de l’eau municipale, j’ai l’impression de m’offrir un cocktail au chlore. D’ailleurs, je rajoute toujours un petit parapluie coloré sur le bord de mon verre. C’est très chic. De plus, ma grande prudence m’incite à faire bouillir l’eau de mon thé, avant de la faire bouillir.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

18 commentaires sur “Purge

  1. Sujet fort intéressant (! smiley « ironie avec des lunettes noires »), mais, perso, j’ai encore les toilettes au fond du jardin, alors je peux pas trop dire. Et puis de l’eau, ça fait longtemps que j’en bois plus. Bonne journée.

    Aimé par 1 personne

  2. En hiver, après l’heure du thé, je mets l’excédent d’eau frémissante dans une bouillotte pour passer une bonne nuit sous la couette avec ma copine Darjeeling , une hindoue bengali qui compète aux JO pékinois. 🐼🐼🐼

    Aimé par 1 personne

      1. si et même de l’eau en bouteille de verre, car l’eau du robinet n’a rien de pur comme vous l’expliquez elle contient outre le chlore, plomb et tartre et les résidus de saletés non détruits par le chlore, quand on boit l’une puis l’autre on sent bien la différence

        J’aime

      2. Oui mais il faut aussi que nous nous immunisions des diverses pollutions. Un milieu aseptisé nous affaiblirait. Je voudrais que tu vois ce que boivent la plupart des africains de brousse ou des asiatiques ! La 1ère gorgée provoquerait chez nous une série de maladies graves.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s