Hockey corral

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Comme je n’ai pas de vie, je guette le moindre événement télévisuel pour occuper les longues heures entre les siestes. En ce moment, je m’éclate devant les Jeux Olympiques d’hiver.

Non, c’est faux.

D’abord parce que cet événement se déroule à Pékin. Et à Pékin, comme à Tokyo l’été dernier, les gens ont mal synchronisé leur montre. Du coup, les horaires ne me conviennent pas. Comment voulez-vous établir la paix entre les peuples si, déjà, tout le monde ne prend pas son petit-déjeuner à la même heure ? Et franchement, ne serait-il pas intelligent de la part de France Télévisions d’adapter ses horaires en fonction du décalage avec la Chine ?

Ensuite, parce que de très nombreux sports, au nom imprononçable, pratiqués par des adolescents boutonneux, sont évalués sur des critères subjectifs incompréhensibles et au bon vouloir (et à l’importance des pots-de-vin reçus) de juges qui, pour certains, viennent de pays où il neige une fois par siècle .

Enfin, à cause du hockey.

N’en déplaise à mon lectorat canadien adoré, le hockey, c’est nul. C’est le sport collectif le moins télégénique du monde. C’est bien simple, on ne voit rien. Je suggère aux instances internationales d’instaurer le palet fluorescent pour que, a minima, il soit possible de suivre la course d’icelui. Mais ce n’est pas tout. J’ai appris que, dans les matchs de NHL (National Hockey League), en Amérique du Nord, les arbitres sont briefés afin de ménager des espaces de liberté aux joueurs lors d’une partie. Autrement dit, il est parfaitement légal de se foutre sur la gueule. En revanche, si vous frappez sur la crosse de votre adversaire avec votre propre crosse, vous purgez deux minutes de prison. De prison ! Je résume. Si vous voulez casser les dents d’un adversaire, on vous organise une gentille petite bagarre, mais si vous abimez le matériel, vous allez en cabane. Belle mentalité…

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

10 commentaires sur “Hockey corral

  1. Le pire dans le hockey, c’est l’odeur des joueurs après le match. Sans doute comme après un match de foot. Ma sensibilité aux (mauvais) parfums me fait éviter les sports autres que cérébraux ou nautiques.En plus je boycotte la chine.

    Aimé par 1 personne

      1. J’ai eu la malchance d’assister au retour de ce guerrier de la glace, mari d’une amie, qui elle aussi se plaignait du parfum des vêtements au retour des matchs. Il était condamné à les sortir du sac lui-même direction la machine à laver sans escale !!!

        Aimé par 1 personne

  2. Il était une fois, il y avait des joueurs au NHL appelés « enforcers. » Ils étaient plutôt nuls en tant que joueurs, mais ils pouvaient SE BATTRE. Alors si un joueur de l’autre équipe a blessé l’un de ses camarades, le rôle de l’enforcer était de commencer un combat avec le responsable. C’est plus le cas — le NHL a décidé que ça ne valait pas les problèmes pour leur réputation.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s