Promu à l’ancienneté (version remasterisée)

(petite œuvre de jeunesse, novembre 2020, revisitée : de cette époque honnie, lorsque personne ne me lisait, même pas Ernest, c’est dire, car ce soir, walou l’inspiration)

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Je vieillis.

C’est inéluctable, je vieillis. Je n’ai même jamais été aussi âgé qu’à la seconde à laquelle je viens de taper ce « e ». Et ça fout un coup, grave (je parle le djeun’s couramment pour vieillir moins vite).

Bon, je ne viens pas de m’en rendre compte.

Les premiers symptômes sont apparus pendant une triste nuit, le long d’une route solitaire de campagne, alors que je cherchais un raccourci que jamais je ne trouvai, voici quelques années. Sans rien me demander, ma main droite s’est dirigée vers l’autoradio et a, d’autorité, sélectionné Radio Nostalgie. Je me suis arrêté sur le bord de la route et j’ai pleuré sur ma jeunesse perdue. En me réinstallant au volant, les yeux rouges et humides, je me suis surpris à siffloter « Le Bougalou du Loup-Garou ». Au même moment, un premier cheveu blanc s’est immiscé en loucedé dans ma chevelure encore abondante. Les pattes d’oie guettaient dans l’ombre.

Lorsque j’étais minot, je passais l’essentiel des vacances scolaires chez mes grands-parents. L’une des traditions incontournables consistait à s’installer devant le poste de télévision le samedi soir afin de regarder « Top à » ou « Numéro un ». Ma grande angoisse était de devoir supporter un chanteur pour vieux (ma grand-mère se pâmait devant Jean Sablon et son dentier de quarante-huit dents, mon grand-père accusait un penchant pour Nana Mouskouri, parapapam pam), c’est pourquoi, le samedi matin, je me précipitais sur le quotidien régional pour apprendre le nom de l’invité principal de Maritie et Gilbert Carpentier. S’il s’agissait de Carlos, le fantaisiste, pas le terroriste, j’étais content car il était rigolo. Si c’était Claude François, j’étais émoustillé car j’étais certain d’apercevoir les doudounes des Claudettes, si je parvenais à éviter les mains de ma grand-mère devant mes yeux. En revanche, je tremblais à l’idée de lire le nom de Gilbert Bécaud ou celui de Serge Lama. Ces deux artistes, entre autres, annonçaient, pour le gamin que j’étais, une soirée très ennuyeuse.

Aujourd’hui je me délecte de « Et maintenant » ou de « Les ballons rouges », je honnis le blondinet car les filles se sont rhabillées, mais je ne renie pas un petit « Tirlipimpon sur le chihuahua ».

Ce matin, je marchais tranquillement dans les rues de ma petite ville de province, quand soudain, m’est venue l’idée saugrenue de traverser la route, au risque de ma vie. Il n’y avait pas une voiture à l’horizon, pourtant j’ai attendu que le petit bonhomme passe au vert.

Quand je vous dis que je vieillis…

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

Publicité

22 commentaires sur “Promu à l’ancienneté (version remasterisée)

  1. Bon, on va pas se chamailler comme ça « ad vitam aeternam » (Guerre et P.) ! Je l’ai vu naître, moi, monsieur P. ! Oui, parfaitement, et son premier cri fût : « Nénesse ! » (il ne prononçait pas encore correctement les « r » à l’époque). Que de souvenirs émoustouflants, je garde en mémoire…

    Aimé par 2 personnes

  2. Mais pourquoi refuser la vieillesse? Je ne me suis enfin aimée que devenue « madame ».
    J’aime la Kpop et l’opéra… J’attends que le feu passe au vert mais je vis avec mon portable jamais éteint… Passionnée de vidéos YouTube, je m’occupe en brodant des petits tableaux gnangnan… Je préfère Stromae à Gainsbourg mais je chante « je suis malade » en cuisinant avec ou sans paroles… Je teins mes cheveux blancs mais j’ai la flemme de remonter sur mon vélo elliptique…
    Jeune ou vieille, en forme ou papy peu doit nous importer : notre âme est éternelle et nous avons du coeur, non ! (« -Bon alors, à moi il me fend le cœur, à toi, il te fait rire? »!)

    Aimé par 1 personne

      1. « dis gratia » ! Avec le verbe « dare » à la place du verbe « agere » ce bout de latin le deviendra peut être ! J’avais corrigé ( si si!) mais la technologie m’a trahie… Une fois de plus! Vexée, je m’enferme dans ma cellule en pénitence et ferai désormais silence…

        Aimé par 1 personne

  3. La vieillesse peut se traduire de multiples façon, mais si c’est attendre que le petit bonhomme passe au vert alors je dois être treeees âgée xD Je me rends compte de ma « vieillesse » à moi quand le sol s’éloigne de moi de plus en plus, quand je dis « Attention !! Oh elles me font peur ces petites, elles ont peur de rien ! » en parlant de mes nièces, et quand j’entends dans mes phrases, l’intonation et les citations mot pour mot de mes géniteurs 🙈

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s