Nettoyage à mouillé

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Je vous ai déjà, brillamment, raconté que, suite à un accident de la vie, je me suis trouvé dans l’obligation de demander à ma génitrice de m’héberger, pour une durée indéterminée.

Comme je ne suis pas un ingrat, en contrepartie, je m’occupe, gratuitement, de l’entretien du jardin.

Aujourd’hui, c’était décapage du chemin qui entoure, presque, la maison, au moyen d’un nettoyeur haute pression aqueuse. En effet, le chemin en question est très joli, mais redoutable en cas de pluie, ce qui arrive deux ou trois fois chaque jour, par chez moi.

Voici cinquante ans, il était très chic d »utiliser de l’ardoise pour paver tout ce qui était pavable. Il faut reconnaître que c’est très esthétique, mais que la mousse a tendance à s’y plaire et, conséquemment, à s’y installer. Du coup, le chemin de ronde et la terrasse se transforme en patinoire olympique onze mois et demi par an, et, figurez-vous, nous ne disposons pas de patins à mousse.

Et devinez qui s’y colle ? Bibi, gagné.

Celle qui me donna le jour souffre d’une maladie assez étrange qui s’appelle la lidlite. Elle achète à peu près tout ce que propose l’enseigne low-cost, en matière d’outillage. Ce qui fait que nous sommes plutôt bien équipés, mais avec de la saloperie chinoise dotée d’une garantie de douze minutes. Par exemple, je vous déconseille leur tronçonneuse électrique. Sauf pour couper des spaghettis. Bien cuits.

Nous disposons donc, à demeure, de cette merveille de la technologie humaine, issue d’un des cerveaux les plus brillants de son époque, le nettoyeur haute pression aqueuse, plus connu sous le nom de Karcher, bien que, à l’identique de Frigidaire, il s’agisse d’une marque.

Si vous n’êtes pas familier de l’utilisation de cet appareil exceptionnel, vous ne savez pas le bordel que c’est à installer. Tout d’abord, il faut dérouler le tuyau d’arrosage qui pèse un âne mort, qui ne cesse de s’emberlificoter et qui fait rien qu’à s’accrocher partout. Ensuite, il faut faire la même chose avec la rallonge coincée dans son enrouleur depuis l’hiver dernier, qu’il faut extraire au pied-de-biche, et dont les nœuds feraient pâlir d’envie un marin aguerri. Enfin, vous devez connecter tous ces bidules à l’appareil lui-même. J’étais crevé. J’ai failli m’en tenir là, mais il aurait fallu tout ranger. Je n’en avais pas la force. Donc, j’ai appuyé sur le bouton « on ».

Et là, rien.

J’ai passé une demi-heure à tout vérifier. Quinze fois. Le bouton « on » en a perdu sa belle couleur verte.

Toujours rien.

Je ne sais pas si vous avez remarqué un truc assez pratique avec les appareils électriques. Ils fonctionnent nettement mieux lorsqu’il sont branchés sur une source de courant.

Je branche.

Miracle, ça marche !

Dix minutes.

Un bon mètre carré tout propre.

Car les plombs ont sauté. Ils n’ont pas supporté la mécanique chinoise, un peu fatiguée.

J’ai tout rangé. Quand j’ai fini, il faisait nuit et les loups commençaient à se lécher les babines.

Nous continuerons à éviter le chemin de ronde et la terrasse pendant un certain temps.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

16 commentaires sur “Nettoyage à mouillé

  1. Je ne comprends pas… dans la publicité Julia Roberts (oui, il m’a semblé reconnaître sa voix) vend la « grande facilité » et la dame en mini-jupe et talons hauts est tellement heureuse de manier sa lance haute-pression pour nettoyer sa terrasse en 35 secondes. On nous mentirait ???!!!
    Sinon, il reste la solution d’installer des éponges grattantes sous les semelles des chaussures et faire du chemin de ronde un parcours de ski de fond.

    Aimé par 3 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s