Le roi des fourmis – Charles Higson

Le roi des fourmis – Charles Higson – Points (éditions du Rocher)

La quatrième de couverture annonce une parenté entre ce roman et le travail de Quentin Tarantino. Comme j’apprécie beaucoup les films de Quentin, notamment « Kill Bill 1 », mon cerveau ne prend pas trop le temps de réfléchir, et il se délecte à l’avance.

Une fois de plus/de trop, la quatrième de couverture ment. Rien, absolument rien du « Roi des fourmis » ne ressemble de près ou de loin à l’œuvre de Tarantino.

Il s’agit de l’histoire ultra-classique du loser à qui un copain providentiel offre un boulot trop bien rémunéré pour être honnête. S’ensuit la litanie habituelle des mésaventures, des cassages de gueules, des ivresses, des assassinats et tout le Saint-Frusquin fatigant des polars sans imagination.

L’avantage d’une telle lecture, c’est qu’elle me permet d’écarter, définitivement, Charles Higson, de la longue liste des auteurs dont je veux connaitre l’intégralité de la production.

Adieu, donc, monsieur Higson. Je gage que ma défection ne vous occasionnera aucun retard dans vos échéances financières.

Non, mais culturellement.

Jourd’hu

Publicité

Un commentaire sur “Le roi des fourmis – Charles Higson

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s