Trèfle

Le sachiez-vous ?

Saint Patrick est le plus grand saint de l’histoire des saints, forcément.

Sauf que.

L’origine de l’histoire de Saint Patrick n’est qu’une erreur de copiste, au Moyen-Âge, dans le scriptorium d’une obscure abbaye belge dans laquelle les moines fabriquaient de la bière, d’où les erreurs de copie.

En réalité, Saint Patrick s’appelait Patrick Le Saint, comme tout le monde. Il naquit en l’an de graisse 747, comme le Boeing, en la cité de Plouvorn, Nord Finistère. Son enfance fut un véritable calvaire car ses parents se souciaient comme d’une guigne de son existence comme de celle de ses frères et sœurs dont l’histoire n’a pas retenu le nombre (estimé entre 12 et plus l’infini). Patrick mangeait un jour sur deux, ce qui était correct à l’époque, car il chassait les rats pour le compte du duc de Menou, noblaillon du coin, qui raffolait de la daube de rat aux artichauts. Dans sa grande mansuétude, le duc permettait à Patrick de sucer les queues et les culs (de rats et d’artichauts, bande de dévergondés !).

Dès l’âge de raison, vers six ans et demi, Patrick acquit son émancipation en trucidant père et mère au moyen d’une hache émoussée qui lui glissa des mains, deux fois. Peu enclin à subir les foudres de la loi et le rouage en place publique, le gamin s’embarqua clandestinement sur un navire transportant de la bière vers l’Irlande, souhaitant fuir la misère pour le pays de cocagne. Il se cacha dans un tonneau et dut en boire un bon tiers pour pouvoir respirer. Il n’en sortit pas de toute la traversée et dut donc uriner dans la bière, ce qui donna la Budweiser (petite blague pour les anglophones : Do you know the difference between making love on a boat and american beer ? There are both fucking close to water).

Débarquant à Cork, Patrick, en guise de pays de cocagne, trouva une contrée ravagée par la famine, l’alcoolisme et un étrange sport très violent qui consistait à propulser une vessie de porc, vide, dans la gueule de l’adversaire. Il dut lutter pour sa survie car son petit corps grassouillet attirait les convoitises des meilleures cuisinières. Un jour que la chance lui avait souri, il put s’offrir une pinte de bière blonde qu’il s’en alla déguster dans un champ de trèfles. Des garnements du coin le bombardèrent de mottes de terre pour rigoler. L’une d’elle échoua dans la chope, et, Patrick, ne se résolvant pas à gâcher de la bonne nourriture, remua avec son doigt. Incidemment, il créa la Guiness, la seule bière qui se boit avec une fourchette.

Depuis, tous les 17 mars, les Irlandais s’habillent en vert et défilent dans les rues de New-York.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

9 commentaires sur “Trèfle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s