Tu me fends le cœur

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

En principe, j’évite comme la peste les débats stériles sur les événements ukrainiens. Je préfère « L’équipe tv » et les prises de becs pour savoir si Deschamps doit titulariser Giroud.

Toutefois, lors des messages publicitaires, il m’arrive de zapper. Je tombe alors sur des discussions vaseuses entre pseudo spécialistes de la Russie qui aurait du mal à situer leur trou de balle sur une planche d’anatomie. Ces échanges ont pourtant quelque chose d’hypnotique.

Hier soir, deux individus s’indignaient que Igor (prénom d’emprunt pour éviter d’aller manger des pierres au goulag) ne respecte pas la convention de Genève.

Hou, le méchant garçon !

La convention de Genève ! Mais de qui se moque-t-on ?

La guerre n’est pas une partie de Risk. La guerre est la définition même de la tricherie. Imposer des règles à la guerre c’est comme demander à un chien de ne pas faire de fausses notes au piano en exécutant un concerto de Rachmaninov.

La convention de Genève !

Signée en 1949.

C’est vrai que depuis, le concept de guerre propre est apparu. Les fameuses frappes chirurgicales.

De la foutaise !

Le napalm au Vietnam, des allume-feu pour barbecue ?

Les génocides au Cambodge, en ex-Yougoslavie, au Rwanda et ailleurs encore, des erreurs commises par des soldats myopes ?

Le gaz en Iran, une confusion avec des capsules de gaz hilarant ?

J’en passe et des pires.

La convention de Genève !

Un pansement sur une jambe de bois.

Comme si Igor, chaque soir en buvant sa tisane, compulsait un gros document listant tous les interdits de la guerre, et, se disant « Ah non, ça je n’ai pas le droit de le faire, sinon je vais me faire tirer les oreilles à La Haye ».

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

14 commentaires sur “Tu me fends le cœur

  1. Faire la guerre étant un crime, il ne peut y avoir de crime de guerre. Que peut valoir une convention entre criminels? On n’est pas au « chamboule tout » de la fête foraine pour gagner une peluche. Remettez nous ça, garçon, qu’on boive un coup de sang (à faire perdre la santé) !

    Aimé par 2 personnes

  2. C’est vrai tout ça ! C’est l’époque des carnavals (carnavaux ?) alors, de la convention de Genève faisons confettis (cons-fait-tôt ?) et revenons plutôt au bon vieux temps de la baïonnette ! Bons baisers de Russie. Ernest.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s