500

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Hier, j’ai posté mon cinq centième article d’affilée. 500 jours avec, au moins, un article. Je m’épate.

Oui, je sais, je manque un peu de modestie.

Toutefois, ce n’est pas la qualité de ma production qui m’épate, je laisse mon lectorat adoré juger d’icelle, c’est ma constance.

Je dois vous expliquer.

Je suis arrivé deuxième au championnat du monde des gros fainéants en 1990, tout juste devancé par un Indien qui n’avait pas quitté le pied de son arbre depuis quatre-vingt-sept ans. Un crack, un exemple. L’année suivante, j’intégrais l’éducation nationale et je dus me mettre au boulot. Si… Il fallait bien que j’apprenne la langue française avant de l’enseigner aux gamins. J’avais choisi le Français parce que je le parlais, presque tous les jours. Mais je l’écrivais mal. 3/20 au Bac. Juré. 10/20 à l’oral. Montesquieu. Un examinateur qui fumait du petit gris à huit heures du matin et me soufflait la fumée dans la figure. J’ai failli lui vomir dessus.

Alors, Bac en poche, malgré tout, je me suis inscrit en fac de droit. La boulette. Deux années à vérifier si les bistrots de Brest affichaient les prix adéquats et pratiquaient le ‘happy hour ». En gros, ils respectaient la loi. Puis je suis allé en fac de Lettres Modernes. C’était ça ou aller tuer les petits cochons.

Avant les Lettres, pendant dix-huit ans, à une vache près, je n’ai jamais appris la moindre leçon, à part les poésies et les trucs à savoir par cœur. Pour le droit, c’est un peu gênant. Mais heureusement. Bien que la robe m’aille plutôt bien, je ne me vois vraiment pas dans un tribunal.

Parvenir à sortir un texte, tous les jours, cinq cents jours de suite, me rend assez fier. Ce n’est pas si souvent.

Donc, je suis chaud. Je vais pouvoir me lancer dans le grand projet de ma vie. LE roman qui bouleversera tout le petit monde littéraire. François B. en fera une jaunisse. Le premier roman qui obtiendra, à la fois, le Goncourt, le prix Nobel, la Légion d’honneur, le premier prix au concours Lépine, la croix de guerre, les palmes académiques, un César, deux Oscar, une palme d’or, la médaille Fields, trois étoiles au Michelin et la ligue des champions.

J’ai déjà le pitch. C’est l’histoire d’un homme et d’une femme, ou d’une femme et d’un homme, j’hésite. Pas mal non ?

Bon, allez, au boulot…

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

24 commentaires sur “500

  1. Bravo pour ta persévérance, car c’est bien plus que de la constance!
    Quant à François B. ???? Besse? Bayrou? Baroin? Wikimachin n’en dit pas plus. J’attends un éclaircissement. Peut-être dans ton 501ème article? Bonne journée.

    Aimé par 1 personne

      1. C’est marrant que tu en parles, je dois le rencontrer la semaine prochaine ! Et je te jure que ce n’est pas une blague (pour une fois). Veux-tu que je lui touche deux mots de ce que tu penses de lui ?

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s