Zef

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Dans mon pays, comme un peu partout dans le monde je crois, les gens aiment à dire que leur petit coin de planète bénéficie d’un microclimat. Neuf fois sur dix, c’est faux. C’est une stratégie des syndicats d’initiatives (qui n’en manque pas (d’initiatives) car, entre autres, ils font pression sur Météo-France pour que les cartes soient bien ensoleillées). Sur les dépliants publicitaires, c’est tentant d’écrire que la cité « jouit d’un ensoleillement exceptionnel 412 jours par an ».

Par chez moi, le microclimat est réel.

Félix Leclerc chante que son pays n’est pas un pays, c’est l’hiver. Pour lui rendre hommage, je me permets d’écrire que mon pays n’est pas un pays, c’est le vent.

Toutefois, les offices du tourisme n’en font pas leurs gorges chaudes. Il faut bien dire que c’est un peu pourri comme microclimat, sauf si vous êtes adepte de kite-surf.

Je vous l’écris souvent, je réside dans une maison de famille, conçue pour l’été, et située juste en face de la mer. Question panorama, rien à dire, mais question éléments, c’est plus discutable. La façade est orientée nord-ouest. D’après vous, d’où souffle le vent la plupart du temps ? Voilà, vous avez compris. Je dors à l’étage, dans une chambre mansardée. Lorsque le vent dépasse les doses prescrites, ma chambre bouge. Si si, je vous assure. Heureusement que je ne souffre pas de naupathie, sinon je vomirais en dormant. Ceci dit, c’est une expérience assez intéressante, si vous n’êtes pas trop foie jaune et fantômophobe, car la première nuit de gros soufflage est assez redoutable.

Il vente tellement souvent par ici, que, les jours de pétole, les pêcheurs ne sortent pas, car c’est mauvais signe. Cela signifie que le vent se repose, qu’il reprend des forces. Vaut mieux se planquer.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

21 commentaires sur “Zef

  1. Coucou ! Pour votre information, ce n’est pas Félix Leclerc qui a dit  »Mon pays, c’est l’hiver ». Lorgnons plutôt du côté de Gilles Vigneault. Voilà, rectification faite. Bonne fin de semaine. Et merci surtout de me faire sourire, moi qui ne sourit guère.

    Aimé par 4 personnes

  2. Donc, si je récapitule : vous avez échappé à la faucheuse in extremis, vos rétroviseurs sont vandalisés par un volatile malfaisant, vous vous retrouvez paralysé en regardant la télévision, votre chambre bouge…
    Ce n’est pas le 15 que je vais vous conseiller d’appeler finalement…

    Aimé par 4 personnes

  3. Peut-on faire un concours… Question vent, par chez nous, c’est le Mistral qui fait tout trembler… Et rouler par temps de Mistral est parfois très impressionnant car il faut se cramponner au volant ! (Ai-je marqué au moins un point ?)

    Aimé par 1 personne

  4. Bon, je ne connaissais pas la naupathie. Merci. Pour la pétole, il s’agit en principe de crotte de chèvre ou de mouton, ceci ayant donné lieu à une patisserie en reprenant la forme. Mais je doute que votre plan d’eau soit recouvert de crottes de chèvres. D’ailleurs, y a-t-il des chèvres dans votre contrée?

    Aimé par 1 personne

  5. Par chez moi, on a une expression : « il fait un vent à décorner un cocu ». Ce qui n’empêche pas les bretons de bretonner, eux qui demandent à leur tour leur autonomie (« Le Monde » du jour:)

    Après la Corse, la Bretagne réclame son autonomie
    Inspirés par les débats sur l’autonomie de la Corse, les élus du conseil régional de Bretagne réclament une évolution du statut de leur région. Un vœu porté par les autonomistes bretons et soutenu par la quasi-totalité de l’hémicycle régional.

    Aimé par 1 personne

    1. 1° L’expression ‘décorner’ est fausse. On devrait dire ‘écorner’
      2° L’origine est écorner les boeufs, pour qualifier le vent du Nord indispensable autrefois pour ‘écorner’ le bétail. Pourquoi? On arrachait les cornes et souvent la cicatrice devenait purulente. On attendait donc un vent à écorner les boeufs pour ‘opérer’. La plais cicatrisait plus rapidement.

      Aimé par 3 personnes

      1. Décorner est également valable, au même titre qu’écorner. (dictionnaire Larousse)

        décorner🤷‍♀️🤷‍♀️🤸‍♂️

        verbe transitif
        Conjugaison

        1. Empêcher les cornes d’un animal de pousser en en détruisant les bourgeons ou en pratiquant l’ablation.
        Synonyme :

        écorner

        2. Faire disparaître les cornes, les plis aux angles de quelque chose : Décorner un livre.

        Aimé par 3 personnes

      2. Oui, d’accord avec Karouge… Décorner est aussi valable mais, par ordre d’ancienneté, j’en reste à écorner, dont on trouve, paraît-il, des traces dès l’an 1200, alors que décorner ne date ‘que’ de 1611. Je n’ai pas fait d’études, non titulaire du bac, je suis obligé de trouver mes références dans les dictionnaires ! Chez moi ce serait plutôt le Petit Robert, qui admet aussi les deux possibilités de qualifier l’ablation des cornes du bétail. Il ajoute qu’écorné est démodé et plutôt resté en vigueur au Canada. Bon, d’accord… un argument qui aurait plu à mon père, né à Halifax.

        Mais pourquoi suis-je obstiné ? Une question de préfixes :

        Le préfixe ‘é’ marque l’action de retirer ou de déplacer quelque chose (ébarber, ébavurer) alors que le préfixe ‘dé’ peut être associé à défaire, donc enlever quelque chose qui a été fait ou créé.
        Que je sache, les cornes n’ont pas été ajoutées aux bœufs. Donc, sans aucun argument supplémentaire, j’en resterai à écorner, qui me plait mieux euphoniquement !
        Merci d’avoir suscité un débat de bonne qualité sur un sujet somme toute banal !

        Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s