J’ai trouvé du boulot

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

C’est fait, j’ai trouvé du boulot. Je ne sais pas quoi encore, mais la réélection de monsieur Macron m’assure un petit vingt heures par semaine. Je suis joie.

Dans le programme du nouveau président, si vous cherchez bien, si vous n’avez rien d’autre à foutre, vous trouverez, écrit en tout petit, un projet de loi visant à obliger les bénéficiaires du RSA à fournir vingt heures de travail hebdomadaire. Je ne touche pas le RSA, je suis éligible à l’ASS. En gros, c’est la même chose, sauf que c’est versé par Pôle Emploi et non par le CCAS (enfin, quand j’écris CCAS, je ne suis même pas sûr, vu mon handicap administratif qui m’interdit de différencier tous ces sigles à la mords-moi-le-nœud). Je suppose que la loi visera les privilégiés, sans ostracisme. RSA et ASS même combat.

Bien.

Donc, dans les mois à venir, on va me contacter pour accomplir une tâche, dont l’ordre reste à définir, mais j’aimerais autant qu’il ne s’agît pas de transporter des sacs de ciment sur mon dos, vu l’état d’icelui. Voyez-vous, je ne suis pas contre une contribution à la vie commune en échange des quelques piécettes qui tombent chaque mois. Je suis un parasite, mais un parasite doté d’une conscience sociale. Sauf que.

Sauf que je touche 507 euros par mois grâce à vos généreux impôts. Soit, moins de la moitié d’un SMIC. Vous me suivez ? Or, vingt heures par semaine, c’est un peu plus qu’un mi-temps, donc je vais être augmenté. Syllogisme implacable.

Reste à définir ce que je pourrais faire.

Lorsque je marche, pour obéir à mon médecin et augmenter mon espérance de vie, je note que les bas-côtés de nos routes et chemins sont absolument dégueulasses. Donnez-moi un petit chariot, une pince à déchets, et en avant Guingamp. J’ai calculé que je devrais tenir deux jours avant de m’écrouler moi-même dans un fossé, où, je l’espère, un autre bénéficiaire de la générosité sociale viendra me relever.

Sinon, si les services afférents effectuent correctement leur boulot (faudra-t-il créer des postes administratifs pour s’occuper des parasites laborieux ?), j’imagine qu’ils vont me réquisitionner pour une mission éducative quelconque. Je vous le dis tout net, ils ne seront pas déçus. Je n’éduque plus qui que ce soit. Sauf contre un salaire indécent.

L’idéal serait qu’ils me collent à la bibliothèque municipale. J’y ai déjà bossé en juillet 1987, je sais comment faire pour roupiller en douce et pour récupérer, toujours en douce, des livres, en très bon état, condamnés au pilon.

L’avantage, dans ce futur bouleversement de ma petite vie pépère, c’est que Pôle Emploi devrait arrêter de me casser les arpions pour que je cherche du boulot.

(petite question sérieuse et subsidiaire : parmi mes lecteurs adorés qui ont déjà publié, y aurait-il une bonne âme pour m’expliquer le fonctionnement de la « sécurité sociale des auteurs » ? ; en vous remerciant)

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29

19 commentaires sur “J’ai trouvé du boulot

    1. Personnellement, je pense que l’on devrait interdire à un président de la république d’avoir une femme aussi moche. Au moins, avec Trump, nous n’étions pas déçu de ce côté-là.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s