Le Télégramme

Le Télégramme (édition de Morlaix)

Bon d’accord, je triche un peu, j’ai du retard dans mes lectures. Ceci étant, lorsque je réside dans les terres (cf « Tranche de vie » d’hier), je bénéficie de cette saine lecture tous les matins (enfin, depuis peu, c’est mon cadeau d’anniversaire, avant ma génitrice suspendait la livraison dès qu’elle quittait son foyer).

« Le Télégramme » est une véritable institution par ici. Aujourd’hui, c’est le numéro 26024. Il me semble que le journal a été créé à la libération. Son principal concurrent s’appelle « Ouest-Torchon ».

Comme toute bonne PQR qui se respecte, la présentation du « Télégramme » est immuable.

  • Une.
  • édito (depuis quelque temps, monsieur Yann Queffelec vient faire le malin une ou deux fois par semaine, il est absolument nul, et tellement imbu de sa petite personne…).
  • nouvelles internationales (le strict minimum).
  • nouvelles nationales (à peine plus)
  • nouvelles locales (le cœur du journal ; des dizaines de reportages d’investigations sur les concours de pétanque, les doyens, les conseils municipaux, les nettoyages de rivières, les concours de belote, les représentations théâtrales à la MJC, et tout un tas de trucs indispensables).
  • les avis de décès (j’ai le regret de vous apprendre la disparition de Marguerite Lemarchand, fauchée en pleine fleur de l’âge à, à peine, 97 ans).
  • le sport (très très important si vous voulez connaitre les résultats du ouikène en 7è division de water-polo).
  • les petites annonces (si vous cherchez une supercinq diesel de 1988, toutes options, 456890 kilomètres, jantes alu, 45 euros, à débattre).
  • les annonces juridiques (je n’ai jamais compris ce que ça fout là).
  • la météo (sous toutes ses formes, classique, marine, agricole etc…).
  • les jeux (on dirait des rééditions des années 50).
  • le programme télé (avec TV Breizh, bien entendu).
  • le portrait de dernière page (piqué à Libé).

C’est un excellent canard, auquel j’ai collaboré à l’été 1986. Je remplaçais, pour un mois, ma cousine qui était, alors correspondante locale. C’était payé au lance-pierres, mais pas éreintant, il faut bien l’avouer.

Non, mais culturellement.

© Jourd’hu

6 commentaires sur “Le Télégramme

  1. Ici, dans mon petit pays, c’est pareil : « La République des Pyrénées », créé à la Libération, tendance socialo, son pendant local « L’éclair », journal des curés. Le tout avalé depuis quelques décennies par le groupe » Sud-ouest » siège à Bordeaux, the big chief.
    Nombreuses pages sur le rugby, (la Section Paloise, qui perd souvent), le foot, le basket et les courses à pied aux appellations plus que ringardes. Les seuls et bons éditorialistes (Bouguereau, Helvig) qui étaient accessibles en version gratuite sont désormais dans la version payante (forcément moins de lecteurs). Les faits divers et autres chiens écrasés, la mémé qui retrouve son chat (volé vers Plougastel Laoulas en 1999 pensant ses vacances, les dernières pour elle hélas), mais qui se réjouit de reconnaître le breton qui le lui a volé (un type qui déménage tous les trois mois pour qu’on perde sa trace selon le journal). Et bien entendu, le programme télé du jour et le supplément du samedi (mots croisés) ou du dimanche (magazine féminin complètement plan plan).
    Ah ! que la vie est belle, ma mer! mais que ma belle-mère est moche, tudieu !

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s