Correspondance

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me saisis de ma plus belle plume.

Et je vous en fais profiter, tout en réclamant votre opinion.

Vous n’êtes pas sans savoir (je vous saoule assez avec cela) que j’entretiens des rapports assez tendus avec les fonctionnaires de Pôle Emploi chargés de sanctionner les mauvais élèves comme moi qui ne font pas tous les efforts nécessaires pour réintégrer le merveilleux monde du travail. Pour dire la vérité, j’espérais bien que mon dossier resterait coincé tout en bas de la pile, malheureusement, non seulement il est tout en haut, mais il y restera. Pour la deuxième fois en moins d’un an, j’ai reçu une mise en demeure de démontrer mon acharnement à déchiffrer les petites annonces proposant des emplois de boucher-charcutier-traiteur ou de chauffeur-livreur-traiteur. Or, je ne possède pas le permis poids lourds, ni le permis hachoir. Ma formation, déjà fort incomplète, ne m’offre que très peu de débouchés, et de toute manière, je ne veux pas travailler pour un exploiteur, je veux écrire.

Par conséquent, j’ai (mal) rempli leur questionnaire à la con, pour la deuxième fois (pourtant je l’ai un peu bidonné, mais pas trop), et cela n’a pas trop plu à madame X (je tairai son nom par pure charité laïque) qui m’a envoyé un mail d’avertissement avant sanction. Ensuite, mes allocations sont suspendues deux mois, et je reçois, par coursier, une gélule de cyanure. J’ai dix jours pour démontrer que je cherche, vraiment, du boulot. Ce n’est pas gagné.

C’est pourquoi, j’ai répondu à madame X en ces termes.

 » Chère madame,

Dans un premier temps, permettez-moi de renouveler mes excuses pour ne pas avoir décroché mon téléphone mobile, vendredi dernier à quinze heures, lorsque vous m’appelâtes. Il se trouve que mon smartphone date d’une douzaine d’années et il lui arrive de dysfonctionner. J’ai attendu jusqu’à seize heures, persuadé que vous aviez rencontré un souci, et, je l’avoue, m’inquiétant, un peu. Ne parvenant pas à vous toucher par téléphone, vu que votre standard ferme à 15H30, j’ai voulu vous envoyer un mail par le biais de la plateforme de Pôle Emploi, la page avec le calendrier sur lequel il faut cliquer pour expliquer son absence à un rendez-vous. J’ai le regret de vous annoncer que cette fonctionnalité ne marche pas. J’ai donc attendu ce lundi, et la première heure, pour tenter de vous contacter. En vain. Votre collaboratrice m’a donc aiguillé vers votre adresse mail.

Bien.

Maintenant, venons-en au propos de votre missive, un peu agressive, reconnaissez-le. Vous me reprochez de ne pas tout mettre en œuvre pour trouver du travail. Je loue votre perspicacité. Et elle m’a fait réfléchir. Du coup, j’ai pris une grande décision. Je vais me prendre en main et créer ma petite entreprise. Ainsi, vous pourrez annoncer à vos supérieurs hiérarchiques que vos statistiques sont en nets progrès, et, de mon côté, je n’aurais plus à subir votre mauvaise humeur. Toutefois, il va me falloir une année pour mettre en place mon projet. Je vous saurais gré de ne pas me couper les vivres durant cette période. Je vous remercie de votre compréhension.

Pour finir, je vous prie de ne pas perdre de temps à m’envoyer un énième formulaire dans lequel vous me demanderez de détailler, en un certain nombre de points ineptes, mon projet. C’est inutile, je ne le remplirai pas, et, par conséquent, ne vous le renverrai onc.

Veuillez agréer, madame, des gros bisous. »

Je n’ai pas encore appuyé sur « Envoi ». Vous en pensez quoi ?

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29

26 commentaires sur “Correspondance

  1. Gros bisous, elle va adorer. Parfait. Sinon, si vous épruvez des difficultés à trouver du travail en raison de problèmes de santé, y a moyen de faire reconnaître çà et d’avoir ensuite la paix avec PE, mais leurs jeunes recrues fougueuses sont pas toujours au courant ni formées en dehors des procédures internes…dites-moi si besoin de plus d’infos, je suis de la partie depuis deux décennies🙀. Bonne journée !

    Aimé par 2 personnes

  2. Bonjour cher ami,

    effectivement, elle est pas mal cette lettre . Toutefois :

    – il faut faire court car la dame n’aime pas les longues lettres
    – la dame ne s’intéresse pas aux belles tournures, elle préfère l’efficacité car elle a des comptes à rendre
    – il vaut mieux éviter les provocations en refusant de remplir un énième formulaire, car vous percevez toujours une indemnité ( si j’ai bien compris )
    – la dame apprécie les « clients » qui font profil bas et qui ont besoin de son aide .

    Voilà, c’est mon avis …

    Aimé par 5 personnes

  3. Bonjour,
    Bravo pour ce courrier. Néanmoins je doute de l’effet escompté. En effet, je ne suis pas sûre que Madame du Pôle Emploi (dans ma grande mansuétude je lui octroie une particule, ça fait plaisir, ça épate les amis et elle saura ce que c’est de ne plus pouvoir rentrer dans les cases) sache apprécier l’humour et les subtilités que vous y glissez.
    A mon sens, une petite visite de courtoisie en ses locaux serait de bon aloi. Vous pourriez de plus arriver avec un présent : votre livre dédicacé. Elle devrait peut-être changer son formulaire d’épaule et reconsidérer le dossier qui, lui, est loin d’être froid.

    Aimé par 4 personnes

  4. Pffff de toute façon ils ne sont plus à une incohérence près ces raclures de bidet. C’est quand même de l’argent pour lequel nous avons cotisés mais passons ! Je pense qu’il vaut mieux écrire cette lettre en ancien français, je peux vous envoyer mes cours de fac.

    Aimé par 1 personne

  5. Salut ! J’ai bien analysé la situation dans laquelle tu te trouves désormais et je peux te donner mon avis si tu le souhaites ? Oui ? OK…
    1) (Petit un) : Je pense que tu tombes pile-poil dans l’application des nouvelles mesures de dégraissement du nombre de chômeurs longue durée mise en place depuis peu. Pas de bol, mon vieux !
    2) (Petit deux) : ta lettre, bien que remarquable de mon point de vue, ne t’apportera que (plus) d’emm….ments. Ces gens-là, n’ont pas d’humour, il faut que tu le saches… J’ai une belle-sœur contrôleuse générale aux impôts (Bercy, héliport, navette fluviale gratos pour ne pas se faire chier dans les embouteillages, et tout le toutim…), je sais donc de quoi je cause !
    3) (Petit trois) : La meilleure solution, c’est de faire profil bas. Ou de trouver un job rapido. Ce n’est pas mal après tout, apprenti charcutier-traiteur… tu te coupes un doigt le premier jour avec un hachoir bien affûté, et ainsi tu gagnes du temps (tu peux faire traîner trois-quatre mois minimum si tu as la chance de choper une infection nosocomiale au bloc opératoire (plus la pension d’invalidité (5 pour cent pour un doigt) et les dommages et intérêts de l’assurance du patron (et si n’en a pas, sa boite coulera et ça fera un chômeur de plus, la boucle est bouclée !). Il te restera encore neuf doigts et si, comme moi, tu tapes à la machine avec seulement deux doigts, rien de grave, la vie continue… !

    Aimé par 1 personne

  6. J’adore !! Je serais tentée d’envoyer … mais ayant eu aussi de malheureux déboires avec eux, je sais qu’en dehors des cases, ils ne réfléchissent pas trop. Rare de tomber sur une personne professionnelle, compréhensive et logique (je sais les 3 ne vont pas ensemble pour PE).
    Mais « Gros bisous », je jubile ! bravo mais surtout, courage !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s