Les frères bleus

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Plus j’avance en âge, moins j’apprécie le cinéma.

Lorsque j’étais gamin, les salles obscures n’étaient pas, loin s’en faut, un divertissement familial. Le seul souvenir que j’ai de ma famille réunie dans un cinéma, c’est ce jour de 1977 synonyme de révolution chez moi, car toute la famille se rendait à Brest, 90 kilomètres aller-retour, pour assister à une séance de cinématographe. C’était la première, et la dernière fois. Oh, je connaissais la pénombre rassurante des salles de cinéma que j’écumais quand j’étais en vacances chez mes grands-parents ou chez ma tante. Un été, j’ai vu, deux fois, « L’été meurtrier », et deux fois « Tootsie » (la programmation du cinéma de Carhaix était plus lente que moi), un autre, j’ai vu un film dont plus personne ne se souvient (déjà, à l’époque, je ne suis pas certain qu’il ait fait un carton au box-office) « Un candidat au poil » (avec ma tante, nous allions voir tous les Disney un peu low cost, genre « Trois bassets pour un danois », « Un cosmonaute chez le roi Arthur ». Ah, au fait, pour vous donner une idée de l’affection que portaient mes parents à leur progéniture (16 14 et 11 ans), dans un bel élan de solidarité familial, nous sommes allés voir « Le crabe-tambour ».

Plus tard, lors de mes années d’étudiants, je connaissais bien mieux les cinémas brestois que les amphithéâtres de la fac. Evidemment, j’avais une astuce pour débourser le moins possible, il y a prescription, que je ne vous donnerai pas car je ne veux pas vous transformer en sauvageons. Quoi qu’il en soit, il est arrivé que j’aie vu tous les films à l’affiche dans la cité du ponant, sur une semaine (soit une vingtaine à l’époque).

Pourquoi je vous raconte ma vie moi ? Ce n’est pas le genre de la maison…

Ah oui !

Je ne vais plus au cinéma depuis… La vache ! Le dernier film que j’ai vu assis sur un piège qui se referme dès que vous levez votre popotin, c’est « Les choristes ». Etait-ce au 21è siècle ?

Longtemps, j’ai regardé pratiquement tout ce que programmait Canal+. Et puis, je me suis lassé.

Maintenant, je guette ce que proposent les chaines afin de revoir. Jamais je n’aurais pensé écrire cela, mais, désormais, je préfère revoir.

Ce soir, j’ai pris un grand pied à revoir « The blues brothers ». Je n’aime pas les comédies musicales, et, curieusement, deux de mes films préférés sont des films musicaux. « The blues brothers », donc, et « Buena vista social club ».

La vie est étrange.

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29

14 commentaires sur “Les frères bleus

  1. Brest ? Je crois que ma première sortie cinéma était à l’occasion de la sortie de La guerre des étoiles, en 77 probablement.
    J’ai adoré !!!!
    Mais le cinéma n’a jamais été ma préférence en matière de sortie. Bizarrement, me perdre dans les bois reste synonyme de bonheur et de paix.
    Je suis pourtant restée mariée 20 ans avec un cinéphile, fille aînée a une licence de cinéma……mais bof.
    Pas de télé, pas de Netflix (ou autre abonnement du même genre), et pas de lecteur sur mon netbook 😁. Les films n’auront pas marqué ma vie. J’aime lire, partout, et hier j’ai fait des kilomètres de randonnée avec mon bouquin dans mon sac à dos. Idéal pour les pauses 💕.
    Je te souhaite un bon weekend.

    Aimé par 1 personne

  2. Je sais que cela n’intéresse personne (ou presque), mais, hier soir, j’ai regardé « les blues brothers » puis « Rocket man » (en différé), un film assez récent que je n’avais pas été voir au ciné. Une bonne soirée…

    J’aime

  3. ben oui, hein, « les blues brothers » ! forcément. Et qu’il y a t-il de mal à aimer revoir ce que l’on a aimé ? pourquoi faudrait il de la nouveauté à tout prix ? ça ne sert à rien, laissons nous vivre

    Aimé par 1 personne

  4. Pourquoi lier les goûts et dégoûts à l’âge ? Ne pas aller dans une salle de cinéma signifie pour moi ne plus m’imposer la proximité de la foule dans la file d’attente et du gamin qui tapait dans mon siège sans que les parents ne réagissent… Mais une salle de ciné fut autrefois le lieu où vivre de bons moments à deux ou en famille (Les gens sont-ils moins polis désormais ? Je le crois.) et déguster du popcorn. Désormais TV et Netflix me racontent les histoires en images dont j’ai besoin, à domicile, en un total confort et j’ai toujours de quoi faire du popcorn à la moindre envie. Un bon feuilleton vaut un bon bouquin, n’en déplaise à qui ne partage pas mes analyses d’images faute de lecture de soustitres. Et j’ai trouvé un filon coréen qui me ravit « à mon âge avancé » et assez inépuisable ! Les goûts et les couleurs… n’entrent pas dans des cases prédéfinies !

    Aimé par 2 personnes

  5. J’ai déserté les salles obscures il y a bien longtemps.
    Avec l’invasion des smartphones, elles ne sont plus si obscures que cela. Toujours un ou une pour taper dans mon siège également. Se rajoute celui qui est passé acheter son menu Mic-Mac pour le boulotter pendant la séance.
    En plus on ne respecte plus ceux qui aiment bien regarder le générique de fin, la dernière fois on m’a demandé de déguerpir. La liste est longue alors je m’arrête là et fais séance dans ma grotte.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s