Faire-part

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me dévoile.

Voici quelques jours, j’ai eu la douleur de vous annoncer le décès de Tosh, mon fidèle compagnon numérique foudroyé dans sa septième année. J’ai, enfin, trouvé le courage de lui offrir une sépulture digne, en compagnie de ses semblables dans une caisse métallique de ma déchetterie favorite. Pour qu’il ne se sente pas trop seul dans son dernier voyage, j’ai bazardé mon imprimante HP qui ne fonctionnait plus depuis fort lointain mais dont je ne parvenais pas à me défaire car je suis un grand sentimental.

Entre temps, il a bien fallu que je me plonge dans un océan de publicités afin de comparer les différentes machines que le marché met à la disposition du consommateur moyen. J’en ai attrapé une migraine. Il fallait opérer par élimination.

Tout d’abord, je voulais acheter près de chez moi pour pouvoir bénéficier, le cas échéant, du service après-vente sans griller un plein d’essence, et en espérant un dépannage dans la journée. Ensuite, j’éliminais les grandes surfaces qui vendent du matériel sans rien y connaitre. Je voulais, également, une machine toute équipée (ou tout équipée, je ne sais jamais, aidez-moi…) car, vu mon niveau numérique, de toute façon, il aurait fallu que je trouve quelqu’un pour m’installer un antivirus et pour récupérer tous mes dossiers sur Tosh. Enfin, et c’est un peu le résumé de tout le reste, je désirais faire affaire avec des êtres humains compétents quitte à payer un peu plus que dans une grande surface de l’électronique. J’ai donc fait confiance à ceux qui m’ont annoncé le décès de Tosh.

La structure est toute petite. Un patron, un employé et une secrétaire. Ils m’ont proposé un devis à partir du seul pc qu’ils proposent à la vente, un Asus, avec une imprimante Canon. Relativement cher, mais si je faisais affaire avec eux, ils ne me comptaient pas les heures passées sur Tosh et m’assuraient un entretien à prix cassé. J’ai signé.

Je possède, donc, un Asus ultra rapide, au clavier pas trop sensible, comme j’aime, mais au pavé numérique (le rectangle sous le clavier, ça s’appelle ainsi, non ?) qui ne fonctionne qu’avec deux doigts et qui ne clique pas bien, et ça, c’est tout pourri, mais une question d’habitude, paraît-il.

Bon, mon petit Asus, maintenant il va falloir m’écrire de nombreux romans, et au trot.

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29

21 commentaires sur “Faire-part

  1. Le rectangle sous le clavier s’appelle le pavé tactile. Le pavé numérique est semblable à une calculatrice (chiffré). Si vous n’êtes pas à l’aise avec, vous pouvez connecter une bonne vieille souris filaire. Beaucoup plus pratique à mon sens pour faire de la mise en page, sélectionner du texte, naviguer dans les menus.
    Allez, Pat’ la Rage maintenant plus d’excuse, il va falloir produire car vos lecteurs piaffent d’impatience ! Pression.

    Aimé par 1 personne

  2. « tout » reste adverbe invariable devant un adjectif féminin commençant par une voyelle. Quant à la souris, Papy H connecte à son Acer « sa souris sans fil qui ne fatigue pas le poignet » et ne se plaint plus d’un « PC elbow » depuis lors. Le pavé tactile de mon Asus fonctionne TB depuis 7 ans. Les PC seraient donc comme nos compagnons à quatre pattes : chacun a son caractère et ses caractéristiques ! Bon mardi… Au frais surtout!

    Aimé par 2 personnes

  3. On parle de pavé tactile peu performant… Il doit s’agir d’un ordinateur portable non?
    Avec mon ordi de bureau j’utilise un pavé tactile (bien sûr sans fil, quelle question!) mesurant 12 cm x 15 cm parfaitement performant. Quant à la souris évoquée plus haut… je ne savais pas qu’il en existait encore en mode filaire.
    Je vous vois arriver au pas de course pour demander la raison pour laquelle on voit pavé et souris sur la photo.
    Quand vous aurez essayé un grand pavé tactile, vous ne poserez plus la question. La souris est à disposition de ma femme qui a une préférence pour cet outil archaïque! Les deux gadgets sont bien sûr sans fil. Comme du reste les deux claviers. Là aussi je préfère l’un et ma femme l’autre. Ah! La paix des ménages est au prix de quelques accessoires…

    Aimé par 2 personnes

    1. Fut un temps, je fus équipée d’une souris sans fil. Puis mon PC s’est mis à écrire tout seul. J’étais en train de rédiger un mémoire donc un peu tendue. J’ai cru d’abord à une intervention de l’au-delà. Avant de passer l’outil par le balcon, d’appeler un homme de Dieu ou le Pr M’Mobaa qui me laissait ses propositions de services dans la boîte aux lettres, j’ai investigué.
      C’était le clavier sans fil de mon colocataire de l’époque qui se connectait à ma souris.
      Je suis repassée au filaire fissa.
      Et je vous passe notre Pomme TV qui s’allume toute seule. Par l’intervention divine de la voisine du dessus qui s’y connecte régulièrement.
      Le sans fil, pour ma part, connaît ses limites.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s