La fée du bien

(la direction de Jourdhumeur prévient son aimable lectorat que s’il n’a pas lu le billet d’hier, et même si son quotient intellectuel dépasse la moyenne, il n’entravera que dalle au formidable texte qu’il s’apprête à déguster ; en vous remerciant)

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je termine ce que j’ai commencé (mais de justesse, vu que je ne peux pas dire que ça se soit bousculé au portillon pour me demander la suite ; le chant du cygne n’est pas loin…).

J’ai donc appelé la dame artiste. Je ne sais pas trop pourquoi, sauf que ses conseils ne pouvaient pas être pires que ceux des professionnels.

La dame artiste habite Huelgoat, c’est à une quarantaine de kilomètres de chez moi, une petite bourgade très agréable connue pour son camp d’Arthur et sa forêt magique. Au téléphone, le contact est simple, facile. Elle me donne rendez-vous le surlendemain.

Elle me reçoit dans un atelier musée très agréable. Un chat me renifle et valide ma présence. J’avoue que je ne sais pas trop par quel bout prendre le problème. Mais elle, elle sait.

L’échange avec elle est un enchantement. Elle a réponse à tout et dans un langage accessible au commun des mortels. Elle m’explique très simplement mon statut d’artiste auteur. M’éclaire sur mes relations avec les institutions gouvernementales type URSSAf, CPAM et toutes ces conneries dont un ex-fonctionnaire connait à peine l’existence. Ok, rien de transcendant. A la limite, je passe pour une andouille.

Toutefois, la dame artiste va me faire une révélation qui va à l’encontre de ce que tous les fonctionnaires croisés depuis une quinzaine de jours m’ont asséné.

J’envisage (avec toutes les précautions d’usage, parce que je me lancerais, le conditionnel s’impose, dans une aventure qui ne me ressemble pas vu le nombre d’obstacles que je devrais franchir) de vendre moi-même mes bouquins. Enfin, ceux qui ne correspondent pas à la ligne éditoriale de la collection « Empreintes » dans laquelle est paru « Dossiers froids » et dans laquelle paraitra mon deuxième roman en 2023, si le ciel ne nous tombe pas sur la tête d’ici là. J’ai un titre, relu et corrigé par monsieur P., gage de qualité, un deuxième qui mérite une réécriture et un troisième en cours. Comment je me la pète !

Je me posais tout un tas de questions sur les démarches à entreprendre pour pouvoir vendre sur les marchés ou dans les salons. Les gens de Pôle Emploi, d’Activ Crea et de la Chambre de Commerce m’orientaient vers la création d’une micro-entreprise afin de prétendre à posséder une carte de vendeur-ambulant à présenter aux placiers sur les marchés. Je vous avoue que ça me gavait.

C’est alors que la dame artiste s’est transformée en fée.

Mon statut d’artiste-auteur me donne automatiquement le droit de vendre mes propres œuvres, comme un peintre, un sculpteur, sans me casser la tête à créer une micro-entreprise (avec une formation payante). La carte de vendeur-ambulant n’est pas non plus nécessaire, sauf que là, je crains davantage les rides du lion des placiers un peu bas du front (bon, pas grave, j’aviserai). La seule et unique démarche consiste à demander un numéro SIRET, une formalité (gratuite !).

Je crois qu’il est bon de préciser que ma fée n’est pas une sous-traitante, qu’elle agit en pure philanthrope et, bien entendu, bénévolement. Elle est plasticienne et vit de peu. Elle m’a avoué qu’elle attendait d’ici deux ou trois ans, le minimum vieillesse, pour pouvoir souffler un peu. Ma gorge s’est serrée, vraiment. J’avais prévu d’offrir mon roman à la personne si elle m’était d’une quelconque utilité (pardon pour cette phrase si laide). Lorsque je lui ai tendu le livre, je me suis senti minable et je le lui ai dit. Elle a souri et m’a remercié…

Mardi prochain, j’assiste à un truc inutile et obligatoire dans les locaux de Pôle Emploi. Je crois que je vais ouvrir ma grande gueule.

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29 – juin 2022

34 commentaires sur “La fée du bien

  1. Un chat ne vous renifle pas mais vous hume ! 😺 Un chat a de la classe !
    Ps : très intéressant cette histoire de numéro de Siret gratuit sans statut particulier. Je vais en parler à quelqu’un.
    Café ? ☕
    Croissant ? 🥐
    Oui je suis réveillée tôt aujourd’hui, c’est rare 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Mais dites-moi, tout cela me semble plein de bonnes nouvelles ! Enfin, disons une ouverture positive sur l’avenir 😊 Je suis sincèrement contente pour vous.

    Une idée, comme ça : pourriez-vous envisager d’organiser des ateliers d’écriture ? Si j’ai bien compris vous avez une formation d’enseignant, vous écrivez. What else ! Comme dirait un célèbre caféinomane 😂 Belle et chaude journée à vous. Dom

    Aimé par 3 personnes

    1. J’ai été enseignant pendant 25 ans sans avoir reçu l’ombre d’une formation préalable (ensuite on ne cesse de vous former, mais je n’allais jamais à ces réunions qui servaient surtout à s’éloigner des élèves pour quelque temps) .

      Aimé par 3 personnes

      1. C’est de toute façon une expérience professionnelle 🙂 Qui permet de supposer que vous avez l’habitude de gérer un groupe et donner des consignes. Les ateliers d’écriture ont la côte dans certaines région. Pour petits et grands. Histoire de se réunir pour créer autour d’un thème ou pas. Je n’habite pas en France alors je ne sais pas s’il existe chez vous des certifications de formateurs d’adultes.
        Bref… je m’arrête là 🙂 C’était juste une idée que j’avais envie de partager.

        Aimé par 1 personne

  3. Mais c’est super !
    C’est bon de savoir qu’il existe encore de bonnes fées ! Ce serait chouette qu’elles reprennent l’habitude de venir au berceau par contre 🤣Mais je peux aussi comprendre qu’elles se planquent !
    Je comprends la fuite d’une micro-entreprise. J’en ai eu une. « Aucune démarche, très facile! », disait-on à l’époque. Tu parles, Charles, que de l’administratif, des déclarations sur des sites obscurs, du jargon atroce, schlag suis partie en courant sans me retourner quelques mois après (mais l’administratif m’a poursuivie 2 ans!😱), bref, un souvenir de stress.
    Bon à savoir, ce que permet le statut d’auteur, merci du partage. Et gloire aux fées !

    Aimé par 3 personnes

  4. Donc il reste des fées en Bretagne… pour qui entend leurs formules magiques. C’était jour de canicule et elle vous offrit un verre à la fontaine merveilleuse. Il ne vous reste plus qu’à combattre le champion maléfique de P.E. mardi. Courage Perce Val ! ( Moi je vais chercher mon « graal froid » cet aprem, pour bénéficier de la clim. des magasins ! )

    Aimé par 3 personnes

  5. Voilà qui met en joie de lire ce joli conte. Aide et bienveillance sont encore existantes dans le monde des humains, c’est rassurant.
    Il est peut-être un peu prématuré de poser cette question mais après obtention du sésame SIRET, quel canal de distribution envisagez-vous ?
    Ensuite, je dois vous avouer un chose bien vilaine dont j’ai un peu honte. Je suis dans l’envie vis à vis de Monsieur P. qui a eu la primeur du Précieux 2. C’est moche mais jalouse je suis.
    Je vais aller me flageller avec des orties fraîches.

    Aimé par 3 personnes

    1. Vente sur les marchés. Monsieur P. a lu un roman d’aventures picaresques pas la suite de « Dossiers froids » (et dans un cadre presque professionnel). J’ai un roman qui nécessite une lecture objective pour savoir s’il vaut le coup… On en reparle ?

      Aimé par 2 personnes

  6. Hello. Certes chez pôle emploi, tu n’aurais pas été renseigné. Je n’avais pas en tête que tu avais des romans déjà écrit.
    Tu es donc un auteur indépendant ?
    Je suis comme ta fée, j’ai chroniqué pendant toute la période « restez chez vous » et ajouté une bibliothèque nomade aux statuts de notre association.
    Depuis le début de l’année, nous avons cherché des terrains pour organiser des rencontres dédicaces.
    Alors déjà, tu n’as pas besoin de SIRET si tu fais moins de 6000€/an. Tu declares simplement aux impôts. Les auteurs n’ont pas de carte de marchands ambulants (c’est plus pour l’artisanat).
    Comme je suis entourée d’auteurs indépendants, tu peux me contacter. L’adhésion à l’association, c’est 5€/an 😉 et nous avons un SIRET et toutes les assurances. Nous déclarons aussi les prêt de livres (pour que l’auteur touche ses droits mais les indépendants… Ne touchent rien.).
    La bibliothèque nomade organise aussi des groupes de lecture (ce sont mes chevaux qui baladent dans les chemins à la rencontre des maisons isolées).
    Bref, un regroupement qui bouge dans beaucoup de régions.
    Le site de l’association propose aussi les livres à la vente (boutique en ligne) sans prendre de commission aux auteurs.
    https://maison-ecologique.org
    Tu as aussi la possibilité de rejoindre ceux qui chroniquent sur le blog (les adhérents ont la possibilité de publier).
    Enfin voilà.
    Comme j’aurai, moi aussi, un minimum retraite un jour peut être parce que j’ai choisi la vie simple et paisible (ma spécialité n’est pas lucrative), je partage idées et compétences.
    A bientôt peut être.
    Bonne journée.

    Aimé par 2 personnes

  7. Je me pose une question peut-être assez naïve : avoir un statut d’auteur indépendant est une chose. Mais qu’en est-il du coût de fabrication du livre (trouver un imprimeur pas trop cher), et des frais inhérents aux multiples déplacements nécessaires pour une distribution, quelle qu’elle soit (marchés, libraires etc). Les ventes ne seront pas mirobolantes et les tirages restreints. Et la couverture sociale de l’auteur ?Mais si ces obstacles sont moindres par rapport à vos rêves d’indépendance et de gloire😎🙄 (sans parler des missi dominici et autres matraqueurs de Pôle Emploi et du fisc -fucking-).
    Bon courage !

    Aimé par 1 personne

      1. Papier, essence, entretien du véhicule, entretien d’une maîtresse (une attachée commerciale dans le jargon littéraire), plus quelques séances de dédicaces bien arrosées (pour les lecteurs potentiels et les éventuels futurs éditeurs). Rhôôô !
        Ah, j’oubliais la traductrice pour les ventes à l’international. Dieu, que le monde est joli !

        Aimé par 1 personne

  8. Un article qui tombe à pic vu que je viens de me voir refuser le sésame pour devenir professeur des écoles… peut-être que votre article est la fameuse porte qui s’ouvre après qu’une se soit fermée… en tout, j’ai décidé de voir le bon côté ! Merci monsieur Jourdhu (et à la fée bretonne aussi ! Les meilleures à mon avis 😁)
    Belle soirée

    Aimé par 1 personne

  9. Mes oreilles me sifflaient avec insistance ces derniers jours, alors que j’étais loin de mon ordinateur. Eh oui, l’on causait de moi. Quel honneur! Je me vante (et je me vente aussi en ce moment, quoique, aujourd’hui, il plût): j’ai lu l’œuvre de Monsieur jourdhumeur avant tout le monde. Ah ah ah. Vous ne savez pas ce que vous perdriez si elle devait ne jamais être éditée. Les souscriptions sont lancées. Mise minimum: 150 euro. Le propriétaire du blog se fera une joie de vous fournir son IBAN.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s