Bony et le sauvage blanc – Arthur Upfield

Bony et le sauvage blanc – Arthur Upfield – 10/18

Arthur Upfield est considéré comme le pionnier du polar ethnologique. Bien que né en Angleterre, l’auteur a vécu la plus grand partie de sa vie en Australie. Il est, très vite, captivé par les aborigènes et leurs traditions. Il crée le personnage singulier de Napoléon Bonaparte , policier, mi blanc mi aborigène, et par conséquent écartelé entre deux cultures.

« Bony et le sauvage blanc » inverse les caractéristiques habituelles du polar ethnologique dans la mesure où le meurtrier, que l’on connait pratiquement dès le début, est blanc et l’enquêteur noir.

Le roman date des années cinquante et il véhicule un certain nombre de clichés qui, sans être choquants, paraissent bien désuets aujourd’hui. Les personnages sont un peu caricaturaux selon leurs origines ethniques et le tabac est omniprésent.

Upfield ne cherche pas à écrire une histoire compliquée. Il préfère plonger son lecteur dans une atmosphère particulière et des paysages pittoresques. Etrangement, c’est ce qui m’a gêné dans ce livre, les descriptions. Une plage et un endroit surnommé « La porte de l’Australie » sont quasiment des personnages du roman. Mais malgré les nombreuses pages qui font allusion à ces endroits, je ne suis jamais parvenu à me les imaginer, et ce fut très agaçant.

Pour amateurs de polars d’une autre époque, avec des valeurs différentes et un sens des priorités un peu disparu de nos jours.

Non, mais culturellement.

© Jourd’hu – juin 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s