Chasse au congre à Lannilis – Jean-Jacques Gourvenec

Chasse au congre à Lannilis – Jean-Jacques Gourvenec – Editions Alain Bargain

Allez, je ne vais pas vous mentir, j’ai un petit contentieux (et pas de compte en Suisse) avec cette maison d’édition. Tout simplement parce qu’ils n’ont pas voulu de mon roman « Dossiers froids », mais de peu. Ils voulaient que je le réécrive en le situant dans une commune réelle. Soi-disant, leurs lecteurs aiment se balader sur les lieux des intrigues. Mouais, pas convaincu.

Cette maison d’éditions est spécialisée dans le polar régional. Elle ne cherche pas à publier le futur Goncourt, mais propose des romans assez simples qui se liront sur la plage et ne finiront pas en bonne place dans les bibliothèques.

La qualité des romans de cette collection est inégale. « Chasse au congre à Lannilis » ne se situe pas parmi les meilleurs. Pour deux raisons. Tout d’abord, l’auteur ne s’embarrasse pas vraiment de la véracité des faits dans la mesure où le dénouement de l’intrigue repose sur deux coïncidences trop grossières. Ensuite, si l’auteur écrit très correctement, curieusement les dialogues entre amis sont absolument insupportables (« gros », « vieux hibou », rires en cascade).

On ne passe pas un vilain moment, mais si vous devez faire un détour, ne vous donnez pas ce mal.

Non, mais culturellement.

© Jourd’hu – juin 2022

9 commentaires sur “Chasse au congre à Lannilis – Jean-Jacques Gourvenec

  1. Déjà le titre, bon. Je passe mon chemin.
    Ensuite un précieux, ça ne se lit pas sur la plage. Un précieux, village réel ou pas, ce n’est pas ce qu’il fera qu’il sera ou pas un précieux. On préféra des Dossiers Froids plutôt que Fades.
    Non, mais, Patrickement.

    Aimé par 3 personnes

  2. Comme si Ploutrécat n’existait pas ! Bon j’admets que je l’ai cherchée, cette bourgade ( à 2h30 du Conquet en passant par Brest et en deudeuche… Et pas loin d’un golf au nom inventé qui ressemble à…etc) mais elle impressionne mieux en plein imaginaire afin de lui conserver les vraies couleurs de chez vous !
    Et puis la pêche au congre, je l’ai pratiquée une nuit avec mon paternel, vers mes 14 ans… et comme il fallut lui écrabouiller la tête à cette bête pour qu’elle cesse de se défendre, quelle horreur ce fut ! Je n’en ai pas mangé et n’ai plus jamais pêché.

    Aimé par 3 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s