HPI

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

HPI, HPI, HPI, tout le monde n’a que ce sigle à la bouche, depuis quelque temps. Et une série sur TF1 (que je n’ai jamais regardée, mais qui est très bien parait-il), et des personnalités qui se dévoilent (essayez de trouver Jérémie Ferrari sur Konbini, c’est à la fois triste, gênant et gerbant ; l’humoriste glisse, l’air de rien qu’il est HPI, sans développer, comme si cela allait de soi ; en revanche, il parle de son alcoolisme, comme de plus en plus de personnes médiatiques, dont Francis Perrin, et ça, c’est très bien).

HPI, pour ceux d’entre vous qui étaient en vacances sur Melmack, ces cinq dernières années, ces trois lettres signifie : Haut Potentiel Intellectuel (et non pas Hipster Probablement Inculte).

Je viens, à l’instant, de regarder à quoi correspond cette classification. Elle concerne les personnes dont le QI est établi entre 130 et 160. Vous me voyez venir ?

Lorsque j’avais vingt ans, on parlait beaucoup d’un organisme appelé la MENSA qui regroupait, de manière non institutionnalisée, les 5% les plus intelligents de la population mondiale. Un livre circulait beaucoup. Il permettait de calculer son Quotient Intellectuel en répondant à des tests. Par pure modestie, je ne vous livrerai pas mon résultat. Mais bon, je suis HPI. J’ai donc vérifié en étudiant les 8 comportements du HPI.

1- Le haut HPI sait s’adapter à autrui.

C’est tout moi ça. Je suis misanthrope, asocial et solitaire.

2- Le HPI sait se montrer particulièrement curieux.

C’est tout moi ça. Je me fous comme de l’an 40 de la majorité des nouvelles technologies (sauf le GPS, après la petite cuillère à pamplemousse, le GPS est la plus belle invention de l’être humain).

3-  Le HPI à un sens aigu de l’observation des détails.

C’est tout moi ça. Je suis myope comme une taupe. Corrigé certes, mais je ne trouve jamais Charlie.

4-  Le HPI sait faire plusieurs choses en même temps.

C’est tout moi ça. Je ne compte plus le nombre de casseroles que j’ai cramé.

5- Le HPI a une tendance à la susceptibilité.

C’est tout moi ça. Je me contrefous de ce qu’on pense de moi.

6- Le HPI recherche la compagnie de personnes plus âgées.

C’est tout moi ça. (commentaire censuré par les modérateurs du site)

7- Le HPI sait vivre dans l’indépendance intellectuelle. Les personnes HPI, de par la finesse de leur fonctionnement intellectuel, sont souvent très indépendantes au niveau de la pensée et peu susceptibles de se laisser influencer par des mouvements idéologiques ou convaincre par un processus de manipulation mentale (propagande, publicité ciblée…), par exemple.

C’est tout moi ça. Pas pour la finesse intellectuelle, pour l’indépendance (enfin j’espère, car cette fois c’est vrai).

8-  Le HPI vise la perfection.

C’est tout moi ça. Qui a ri ?

(sources « la clinique e-santé »)

Bien. J’ai vraiment fait les tests de la MENSA. Sauf que je les ai corrigés moi-même. J’avais vingt ans et l’occasion de faire croire que j’étais intelligent. J’ai, peut-être, un chouia, optimisé mes résultats.

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29 – juin 2022

41 commentaires sur “HPI

  1. J’entends beaucoup de parler de cette série, mais sans TF1, tout ça n’a aucun sens pour moi. Et franchement, j’ai du mal à comprendre ce qui veut dire « HPI » qui est différent à haut QI. On l’a ou pas, non ?

    Aimé par 4 personnes

    1. En effet, HPI est un terme inventé car concrètement, c’est juste un QI haut, et dans toutes les composantes de l’intelligence mesurée, ce qui est rare (je suis psy, je fais passer le test -y en a qu’un valide, la WAIS-).
      Sachant qu’un psy ne doit pas donner les résultats d’un QI, qui doit juste lui servir à comprendre le fonctionnement de la personnne, et que de plus c’est pas la personne qui décide si elle doit passer le test, je suis affligée de cette dénimination stigmatisante et aussi que des gens aient accès à leur QI (que des psys acceptent de se faire payer cher pour que des gens connaisdent leur QI….ce qui se fait couramment…grosse dérive). Par expérience, un haut QI n’explique souvent pas toutes les difficultés d’une personne…mais çà leur permet souvent de pas creuser, de se couler dans une étiquette valorisante…désolée pour ce long laïus, c’est un sujet qui m’énerve depuis des années…bonne journée !

      Aimé par 6 personnes

  2. Et moi je suis la réincarnation de Marie-Antoinette version punk à chien. De toute façon ce qui était une particularité est devenu le sens commun.
    J’ai beaucoup aimé l’interview de Jeremy Ferrari mais on sent le mec dopé au sport maintenant (et ce n’est pas forcément une bonne chose). Belle journée

    Aimé par 3 personnes

  3. Autant j’adore la série sur tf1 parce qu’elle est drôle, second degré et bien jouée autant j’en ai ma claque d’entendre parler les parents pour qui déjà leurs enfants étaient tous très en avance mais alors maintenant ils sont tous HPI ! C’est dur d’être vraiment HPI, je ne le suis pas du tout mais quand on écoute des témoignages je ne voudrais leur place pour rien au monde !

    Aimé par 3 personnes

  4. HPI : Terme utilisé par les parents pour justifier que leur progéniture n’est ni turbulente ni irrespectueuse (dixit ma sœur qui est enseignante depuis 20 ans)

    J’avais lu, il y a peu de temps, un excellent article sur les dérives du surdiagnostic et quand tu vois les prix pratiqués, tu comprends très vite que le business est très rentable 🤷‍♀️

    Aimé par 6 personnes

    1. Exactement. Très bonne analyse pour les parents. J’ai pu le constater. Cà les dédouane de trucs qui vont pas et qu’ils veulent surtout pas voir. Niveau business, j’ai des confrères qui s’en mettent plein les poches avec çà, et çà me révulse…bon week-end !

      Aimé par 2 personnes

      1. Heu… Je n’ai jamais écrit que vous leur en vouliez… ????? Je plaide juste pour les droits des HPI car je ne parviens pas à croire qu’intelligence puisse aller de pair avec ces trois états ( je n’ai pas choisi les adjectifs au hasard). S’ils sont hors normes en intelligence, je ne peux les concevoir que bons et moraux, pour eux-mêmes comme pour autrui. Je tiens « l’intelligence du mal » pour une foutaise.

        Aimé par 4 personnes

  5. J’ai essayé deux variantes: 1° En cliquant sur le lien en bleu et souligné, mon texte de 2017 s’ouvre.
    2° En copié/collé sur mes deux navigateurs Safari (Mac) et Chrome, même résultat positif.
    Qu’en pense Véro?

    Aimé par 1 personne

    1. Comme Patrick. Sur mon portable ça ne s’ouvre pas. Je vais essayer sur mon PC. ( J’ajoute que moi aussi je suis très idiote ! Parfois ça m’arrange bien… Mais là ça m’ennuie… Mais où est passée Constance?)

      J’aime

  6. Avec un sujet pareil aujourd’hui (c’est bien, c’est toujours varié, chez Jourd’hu !) je ne pouvais pas ne pas donner mon avis, étant moi-même un peu concerné par le problème… vous me voyez venir, je pense (et même ceux qui sont bêtes comme chou !). À mon époque antédiluvienne (pattes d’éphes, cols tartes) on ne parlait pas encore de ce fameux HPI et on foutait des coups de pieds au cul aux mioches trop turbulents, sans chercher à savoir d’où ça pouvait bien venir (en plus, cela délassait les parents). J’ai toujours été le premier de la classe (même avant d’avoir mes lunettes de myope qui m’ont permis de mieux voir le tableau noir !). Toujours, jusqu’à ce que ça se complique un peu… vers 13-14 ans environ, suite à des déménagements répétitifs de mes parents et changements de région, et donc d’établissements scolaires, et ce (mais pourquoi pas après tout ?) en cours d’année scolaire… S’il n’y a pas de limites à la connerie, il y en a apparemment à l’intelligence, ainsi j’ai décroché, comme on dit… ! Redoublement de la 4ème, puis passage en troisième, par complaisance, et surtout pour que je n’encombre pas de trop, je crois. Orientation en fin de troisième : seule option possible au vu de mes résultats : apprentissage d’un métier manuel (j’avais le choix entre chaudronnier ou boucher-charcutier). Jusqu’au test de QI (pas le vrai, un ersatz, juste pour faire un peu le tri). Un test passé par toute la classe (on se demande bien pourquoi d’ailleurs ? Peut-être une idée du recteur d’académie ?). Et là… miracle ! on s’intéresse à moi ! Convocation des parents, changement de ton, on me fait passer de nouveaux tests (les vrais, plus sérieux, je pense, car ça a duré une journée !) et on me dit après le résultat que je peux passer au lycée ! Si, je vous jure que c’est vrai ! Me voilà donc en seconde A (littéraire avec plein d’options comme le grec et le latin, l’anglais renforcé, j’en passe et des meilleurs !). Pour la filière scientifique (D et C), ils n’ont pas voulu car j’avais trop de lacunes (faut pas exagérer tout de même !). Sursaut d’orgueil, attention bienveillante de mes nouveaux professeurs, ou plus simplement instant de lucidité sur la dure condition d’être apprenti boucher, je ne sais pas… toujours est-il que je bosse un peu sérieusement pendant un an et me voilà redevenu une bête à concours ! Tant et si bien qu’en fin de seconde : conseil de classe extraordinaire et on m’autorise à passer en première D (maths et sciences de la nature pour ceux qui ont moins de 50 ans) ! Du jamais vu ! L’histoire ne s’est malheureusement pas terminée à HEC ou à Polytechnique (oui, je sais, vous êtes déçus !), j’ai encore décroché en terminale… et je me suis retrouvé à balayer des ateliers de menuiserie en attendant de partir au service militaire (travail que j’aimais bien, ceci dit…). À l’armée, ils m’ont refait passer des tests (psychotechniques) au trois jours, mais j’ai eu que 19 sur 20 seulement, à cause de l’épreuve de morse ! (on m’avait dit qu’il ne fallait pas être bon en morse sinon on te foutait dans la Marine et je ne voulais pas aller dans la Marine !). Bon, pour la suite, je préfère garder le secret (je vous en ai déjà assez raconté), sachez toutefois que je ne m’en suis pas trop mal sorti (sans avoir le bac !). Ce récit se veut éclairant sur cette idée que les gens HPI (ou haut QI, appelez ça comme vous voulez) sont au dessus des autres et réussissent mieux. Ce n’est pas vrai. On a aussi besoin des autres pour s’en sortir, et, pour en terminer, perso, j’aurais préféré être plus con (ou dans la normale, disons) et beaucoup moins fainéant !

    Aimé par 3 personnes

      1. Oeuf corse (je ne connaissais pas l’expression mais je l’adopte illico). Lost est l’exemple même de la série adorée par toute ma famille sans restriction, même pour la fin… qui nous a bien fait causer quand même ! J’avais un poster de Lost dans ma salle de classe… J’ai compris que le temps passait quand des gamins m’ont demandé ce que c’était! Et quand certains affirmaient avec défi « Moi je ne regarde pas ça. J’chais même pas ce que ça dit » à propos des H.P. ou H.G. j’ai pris conscience du rythme effréné de la vie et de la mutation des générations ! Mais c’est sûrement moi qui vis dans un rêve.

        Aimé par 1 personne

  7. je vois que tu penses comme moi, leur test de QI sont fait par des sous-doués et ne tiennent pas compte du QE , cela me laisse pensive, j’en ai fait fait un pour savoir si j’étais apte aux études supérieures que je n’ai jamais faites et depuis je m’amuse a en faire sur internet, leurs tests de logique sont nuls…………d’ailleurs je me pose la question : est-ce que nos élites sont des HPI ?

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s