Ashes to ashes

(merci à S. qui m’a donné l’idée de ce billet)

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Voici onze ans, ma grande sœur tirait sa révérence quelques semaines avant ses cinquante ans. A cette occasion, j’ai appris un truc qui, sur le moment, m’a interpellé, puis que j’ai complètement oublié jusqu’à ce que je lise un article de S., cet après-midi.

Mon aînée est décédée brusquement. Tout ce que nous savions, c’est qu’elle désirait être incinérée. Nous avons donc accédé à sa volonté, seulement nous ne nous étions jamais posé la question de la forme de l’urne funéraire. Je me suis proposé de faire des recherches, et j’ai constaté qu’il existait toute une gamme de ces objets funèbres. Comme ma sœur était une grande amatrice de chaussures, j’ai jeté mon dévolu sur une urne en forme d’escarpin. Malheureusement, la cheffe de famille s’est montrée nettement plus conventionnelle.

Par conséquent, pour moi, j’ai décidé d’anticiper. Je veux que mes cendres se trouvent bien à leur aise. C’est pourquoi, dans mon testament, je laisserai quelques propositions à celle ou celui qui devra s’occuper de ma dépouille. En voici, pour vous, la primeur.

  • l’emballage d’une cartouche de cigarettes me semble un juste retour des choses.
  • plus jeune, j’avais une passion pour les santiags ; ma génitrice a jeté ma dernière paire sans me demander mon avis, mais elle a conservé la boite pour y ranger ses propres chaussures ; cette boite ferait une urne fort convenable.
  • j’ai aussi pensé à mon décodeur Canal+ ; si on enlève tous les zinzins électroniques, le boitier me parait posséder les dimensions idéales.
  • ou alors, une taie d’oreiller ; vu que je passe les deux tiers de mon temps à dormir, ça me correspond bien.
  • l’idéal, bien entendu, ce serait un livre ; « Le comte de Monte-Cristo » ou « La Maison aux esprits », on n’a rien écrit de mieux ; mais il faudrait détériorer le bouquin pour y placer mes cendres, et ça c’est hors de question ; ou alors le tremper dans un seau de colle avant de le saupoudrer de mes cendres ; un peu fastidieux, mais bon, je serai mort, il ou elle pourra bien faire un effort.

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29 – juillet 2022

16 commentaires sur “Ashes to ashes

  1. C’est spacieux une boîte de santiags alors avec de la bonne volonté et quelques réminiscences de Tetris, le tour est joué. Le livre dans le décodeur, les cendres dans la cartouche, la taie d’oreiller bien repassée et pliée, il y reste même de la place pour une santiag.

    Aimé par 3 personnes

  2. Proposition : demandez à un légataire qui n’a pas le pied marin d’effectuer une traversée vers une de vos îles bretonnes lambda en emportant la « boîte à santiags » sous le bras… Et la perdre subrepticement, à la faveur d’un coup de tabac impromptu (sic) au pays de Neptune! ( C’est jouable, non?)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s