Originel

(petit résumé de l’intrigue : lisez l’article précédent)

(…)

Jean-Kevin : « L’autre jour, Janine m’a dit un truc bizarre… »

Gonzague : « Tu fréquentes Janine toi ? »

Rémi : « Ouais génial. »

Jean-Kevin : « Mais qu’est-ce que j’ai fait pour mériter des copains pareils ? Bon, Janine elle m’a dit qu’elle avait peur de mourir. »

Rémi : « Ben normal, elle a presque trente-cinq ans. »

Gonzague : « Tu lui as dit quoi alors ? »

Jean-Kevin : « Rien, elle avait la bouche pleine et… »

Gonzague : « Quoi ? Attends attends ! Tu faisais des trucs avec Janine ? »

Rémi : « Ouais génial. »

Jean-Kevin : « Oui bon on s’en fout… »

Gonzague : « Ah non ! Non ! On s’en fout pas du tout ! Je te rappelle que Nin’Ja n’a plus de dents, qu’il lui manque un œil et qu’elle pue pire que Rémi ! »

Rémi : « Ouais gé… Eh oh, ça va pas non ! Je suis tombé dans la rivière l’année dernière, ça m’a récuré, même que des poissons sont morts. »

Jean-Kevin : « Vos gueules merde ! Vous comprenez pas le potentiel de ce qu’a dit Janine ! »

Rémi : « Le ? Tu peux arrêter d’inventer des mots, déjà que j’ai du mal avec ceux qui existent déjà ».

Jean-Kevin : « D’accord, excuse-moi Rémi. Je disais donc que ce que m’a avoué Janine a été pour moi comme une révélation ! »

Rémi : « Ah ben merde alors ! Révélation ça veut dire potentiel c’est ça ? »

Gonzague : « Rémi la ferme ! Vas-y JK explique-toi. »

Jean-Kevin : « Voilà, je vous ai dit qu’il fallait qu’on trouve un truc pour se faire du pognon à l’aise… »

Rémi : « Et baiser des gonzesses ! »

Jean-Kevin : « En effet, baiser des gonzesses aussi. »

Gonzague : « Accouche JK et toi Rémi, tais-toi ou je te casse les doigts qui te restent. »

Rémi regarde ses deux mains garnies d’une demi-douzaine de doigts intacts.

Jean-Kevin : « Donc quand Janine m’a affirmé qu’elle avait peur de mourir, je me suis dit qu’il y avait un truc à creuser. Je pense qu’il faut qu’on invente l’idée de la vie après la mort. »

Rémi :  « Ouais génial ! Euh tu peux expliquer encore steplaît ? »

Gonzague : « La vie après la mort tu dis. Comme si quand on est bouffé par un tigre, notre corps va ailleurs… »

Rémi : « Ouais, dans le ventre du tigre. »

Jean-Kevin : « Non, pas notre corps, ce qui permet à notre corps de bouger. »

Rémi : « Ah bon, et c’est quoi ? »

Jean-Kevin : « Justement, personne n’en sait rien. A nous de lui trouver un nom. Après, il faut qu’on invente une histoire. »

Gonzague : « Attends, j’ai mieux ! On dit qu’on a rencontré un être venu d’ailleurs. Que cet être nous a transmis l’histoire de l’humanité ou un truc dans le genre, et que nous sommes ses messagers. »

Rémi : « Comme Higgins dans Magnum ? »

Gonzague : « Quoi ? »

Rémi : « Hein ? Non rien, je ne sais pas ce qui m’a pris. Désolé… »

Jean-Kevin : « Tais-toi Rémi, c’est mieux… Et donc, si je te suis bien Gonz’, on raconte ce qu’on veut et les gogos vont nous écouter et nous obéir. »

Gonzague : « Voilà, avec du bol, ça peut marcher. »

Rémi : « Et pour les gonzesses ? »

Gonzague :  » On a qu’à dire que tous les malheurs du monde sont de leur faute et qu’elles doivent obéissance aux hommes pour leur pénitence. »

Rémi : « Ouais génial ».

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29 – juillet 2022

11 commentaires sur “Originel

      1. Pour sûr, ces trois loulous auraient mieux fait de garder leur inspiration et se concentrer sur leur anisette quand on voit le résultat.
        Quant à vous, vous êtes toujours aussi bon conteur.
        J’aurais aimé vous avoir comme professeur.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s