Quand sonne le glas

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Je suis contre la retraite.

Je trouve cela lamentable de relâcher dans la nature des esclaves après les avoir essorés pendant x années. Ils sont pour la plupart incapables de s’acclimater à la liberté, notamment les mâles, à tel point que le cœur de beaucoup d’entre eux cesse de battre à peine quelques mois après la sentence de la caisse. Je suppose que les tracas administratifs inhérents aux démarches nécessaires pour faire valider ses trimestres ne sont pas étrangers aux faiblesses cardiaques des néo-retraités.

Si je suis contre la retraite, c’est parce que je suis contre le travail. J’ai calculé que si je n’avais pas décidé de quitter mon emploi sur un coup de tête, pour manger des nouilles sans parmesan jusqu’à la fin de mes jours, j’aurais travaillé soixante-cinq (65) ans avant de partir en retraite, fatigué, désabusé, seul, au bord de la nervousse brèkdone, voire de l’autocide. Soixante-cinq ans ! La vache, ça me donne le vertige. Je sais vous vous dites : « Mais comment il calcule ce con ? ». D’abord, je vous prierais de mesurer vos paroles, ensuite, ayant accepté vos excuses, je vous explique. J’ai passé vingt-trois (23) ans à user mes fonds de culote sur les bancs de l’école, du collège, du lycée puis de la fac. Enfin non, pas de la fac, je n’y allais jamais, je préférais boire des bières, fumer des gros et draguer les filles, mais en théorie j’y étais puisque j’étais inscrit, donc ça compte. Puis j’aurais travaillé quarante-deux (42), si je n’avais pas interrompu ma brillante carrière qui me menait tout droit aux palmes académiques, sans masque ni tuba, aucun intérêt. 23 + 42 = 65, CQFD. Et encore, j’ai choisi un métier dans lequel il n’est pas nécessaire d’être une brute de travail, prof. Ceci dit, on a dit beaucoup de bêtises sur les profs. Le commun des mortels, le non-prof, ne sait pas que les enseignants ne sont payés que dix (10) mois par an. Etalés sur douze (12) mois, et ni vu ni connu j’t’embrouille. Alors, certes, le prof de base bénéficie de dix semaines de congés (dix-huit moins les huit semaines non payées si vous me suivez un peu), mais, je vous prie de me croire, ce n’est pas possible de voyager en dehors des vacances scolaires, donc d’éviter les plages surpeuplées ou les autoroutes enneigées ! Et ça, c’est dégueulasse.

J’estime que dans une société humaine, juste et un peu plus rigolote, chaque individu devrait être libre de travailler ou non. Les réticents à l’effort toucheraient des appointements de l’ordre de mille cinq-cents (1500) euros mensuels et ils seraient libres de consacrer leur temps à faire pousser des arbres ou écrire des romans, voire donner un petit coup de main à la communauté une fois de temps en temps. Les bourreaux de travail pourront se remplir les poches sans être jugés puisque chacun aurait choisi. Bon, d’accord, c’est complètement con. Mais je fais partie de ces personnes qui ne voient pas l’intérêt d’être sur la Terre si c’est pour bosser huit heures par jour et se retrouver perclus de rhumatismes, vers soixante-cinq ans, à tailler des rosiers avant de casser sa pipe dans l’indifférence générale. Chienne de vie !

Je suis fatigué là. J’ai travaillé presque vingt minutes aujourd’hui.

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29 – juillet 2022

18 commentaires sur “Quand sonne le glas

  1. Depuis chez moi je vois passer des hordes de retraités qui tentent de fuir ce monde cruel en chevauchant des bicyclettes de compétition. Et parfois, certains crèvent. Ou se réfugient dans les fossés pour éviter de se faire écraser par les véhicules fous des travailleurs stressés.

    Aimé par 3 personnes

  2. Des chiffres intéressants émis par l’ami Jourd’hu, non? Et qui donnent à réfléchir…
    La chaleur empêchant certains d’entre vous de comprendre, je me permets de vous aider:

    Le lien ci-dessous renvoie à un texte que j’ai écrit en 2017 sur ce blog.
    Comme je crois savoir que le matos informatique de certains ‘blogueurs’ est un peu archaïque et que vous n’arrivez pas à ouvrir mes publications, je vous aide, en ajoutant le copié-collé d’un extrait de ce texte.

    P.S. J’aime la France depuis bientôt un siècle… il ne reste plus que vous, amis Français, pour me faire aussi aimer les habitants de votre beau pays!

    https://wordpress.com/post/akimismo.wordpress.com/1043

    Trente-cinq heures hebdomadaires représentent, au cours d’une vie laborieuse, une « économie» par rapport à vos voisins de 7 heures par semaine, donc 365 heures par année ou encore, multiplié par 40 années : plus de 15’000 heures. Et avec les 5 ou 7 années que les Allemands et les Suisses travailleront en plus (65 ou 67 ans), on peut ajouter, à raison de 42 heures par semaine au moins 10’000 heures. Me permettez-vous l’addition ? Total économisé pendant la vie active d’un Français par rapport à un Européen ‘normal’ :
    25’000 heures
    Soit 700 semaines… ou 13 années et demi (oui treize et demi !) J’ajoute un argument déjà développé dans mon blog sous le titre « La France vit à crédit »: Depuis la guerre de 14-18 jusqu’à l’introduction de l’€uro le franc français a perdu 400 fois sa valeur par rapport au franc suisse. Souvenez-vous : Dans les années 20 un franc français valait un franc suisse. Vous pouvez vérifier ! C’est tout.
    Les grèves récurrentes, les débrayages, le « cirque dans la rue » et autres conflits fomentés par ces inutiles syndicalistes professionnels expliquent aussi la situation économique actuelle de votre beau pays.

    Et vous n’aurez même pas à réfléchir à ce sujet puisque je vous donne aussi la conclusion:

    La terre est plate
    Les cyclistes se dopent
    et
    la France travaille trop!

    Aimé par 1 personne

      1. Personne ne nie la tricherie d’Armstrong. Mais il a été pris, déchu de ses titres et éliminé des vainqueurs du Tour de France. Mais, que je sache, les vedettes du foot sont toujours en train de jouer. Le tennis n’a jamais fait de l’ordre, à part une intervention par ci ou là vis à vis de seconds couteaux que le grand public ne connait même pas. Vous voulez que je vous parle du ski de fond et de tout, je dis bien tout, l’athlétisme?
        Ah… j’allais oublier les ‘gloufeurs’ , les tireurs et les joueurs d’échecs qui se bourrent la gueule de beta bloquants. Une autre question Elkabbach?

        Aimé par 1 personne

      2. Les haltérophiles? Bonne, même excellente question!
        Mais quand un haltérophile s’entraîne à vélo (ça doit exister…) il y a peu de monde pour le voir passer et on n’en parle peu à la télé!

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s