Carbure à tort

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Il me semble, mais mon grand âge et ma mémoire défaillante peuvent me tromper, que je n’ai pas abordé avec vous le sujet le plus touchy du moment, le carburant.

Une raison à cela. Je possède un véhicule automobile à quatre roues fonctionnant grâce à l’adjonction de sans plomb E 10 (je crois ; heureusement que j’en suis beaucoup plus persuadé lorsque je me trouve face à la pompe). Toutefois, mon mode de vie solitaire, voire ermitique, me mène assez rarement chez le pompiste. Toutes les six semaines, en moyenne. Cessez de baver, c’est indécent. Ainsi, mon budget ne s’en voit pas trop grevé.

A chaque fois que je glisse le pistolet dans l’orifice prévu à cet effet, je pense à Papa la Bosse. Papa la Bosse était mon professeur d’histoire/géographie en cinquième. Il devait son sobriquet à une protubérance permanente qui ornait son front dégarni. Il nous avait appris que l’espérance de vie des énergies fossiles n’excédait pas trente ans. Nous étions en 1978. Autant dire que Papa la Bosse maîtrisait assez mal son sujet.

En effet, les vrais spécialistes nous parlent d’une échéance de trente ans à partir d’aujourd’hui, si les humains ne changent pas leurs habitudes en matière de consommation. Cependant, cet ultimatum ne tient pas compte de deux éléments importants. Tout d’abord, il est fort probable que d’ici peu, les bonnes résolutions de le COP 21 (j’ai écrit COP 21 au hasard, j’ai perdu le compte et j’ai la flemme de vérifier) voleront en éclats et que les bulldozers et autres engins de terrassement s’attaqueront à la banquise australe pour en extraire la bonne huile de roche gentiment endormie sous la calotte. Ensuite, nos amis d’outre-Atlantique ne devraient pas tarder à ouvrir tout grand les vannes du Texas et de l’Alaska. Autrement dit, les énergies fossiles ont encore de beaux jours devant elles. Nos porte-monnaie, moins.

C’est pourquoi, dès maintenant, il faut prendre de bonnes habitudes et cesser de se servir de sa voiture à tout bout de champ. Par exemple, les trajets de moins d’un kilomètre devraient être interdits, ainsi que les visites à la belle-mère le dimanche. Pour alléger ses dépenses et, de cette façon, moins ressentir les effets de l’augmentation des prix pétroliers, il faut faire preuve de civisme. Des petits gestes du quotidien comme nous les conseille notre gouvernement adoré. Les pyromanes choisiront la loupe. Les fumeurs ne rempliront plus leur briquet-tempête. Les nullos au barbecue à charbon mangeront froid. Les cracheurs de feu cracheront des noyaux de cerises.

Tiens, au passage.

Le sachiez-vous ?

Le Venezuela est le pays qui propose l’essence la moins chère. En moyenne, 2 centimes d’euro le litre. Respirez par le nez, ça va passer. Donc, au lieu de râler sur le prix excessif de votre carburant favori à la pompe du supermarché du quartier, faites un petit détour par Caracas pour remplir votre réservoir (et quelques bidons pour rentabiliser le voyage) et le tour est joué. L’Irak est également une destination prisée pour faire le plein (3 centimes en moyenne le litre), cependant le « Guide du routard » déconseille ce lieu de vacances car les aires d’autoroutes sont très mal entretenues.

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29 – juillet 2022

21 commentaires sur “Carbure à tort

  1. Je prône aussi l’ermitisme mais la plupart des entendements sont hermétiques à nos idées et certains nous jugent associaux faute de céder à la vogue des déplacements touristiques… Néanmoins ( et tête en plus) nos fauteuil sont usés et les remplacer va consommer de l’empreinte carbone donc, tout ermites que nous sommes, nous ne pourrons plus mettre nos actes en conformité avec nos pensées ! Quoi qu’on fasse… Le tort tue !

    Aimé par 6 personnes

      1. Encore une fois vous explorez des contrées sauvages auxquelles je n’ai pas accès ! Nous utilisons des tissus qui ont plus de 40 ans d’âge, puisque déjà créés quand nous les ajoutâmes au trousseau commun ! Seriez-vous un extra-terrestre à la capacité abrasive poussée à l’extrême. Vous voilà devenu un objet d’étude intéressant… Mon cerveau carbure dur… De la bure pour ermite il a mis… mais les mites l’ont bue rrrhhhh… Moteur, mon imaginaire décolle et consomme toute l’énergie disponible ! Oh zut c une camisole!

        Aimé par 1 personne

  2. N’ayant pas de belle mère ni autre visite politiquement correct, j’ai remplacé cette semaine, non pas mon fauteuil (je fabrique mes housses ah, ah,), mais mes chaussures de randonnée.
    Un sujet dont on parle peu, mais après de nombreux kilomètres en montagne et un ressemelage il y a trois ans, mes chaussures fétiches favorisait l’usure de mon dos.
    Pour la pompe, j’y passe rarement puisque je marche. Pour les plus longs trajets, j’ai un véhicule très écologique : mon cheval.
    C’est une tondeuse extraordinaire demandée dans tout le village, il chie de l’or (brun) et il est très sympa.
    Il n’a pas de ferraille aux pieds, encore moins dans la bouche. Il sait butter les pommes de terre, ce qui est très utile par ici.
    J’ai le véhicule du futur 😉 et mes chaussures pour la marche.
    Je réalise que j’évite le Texas pour aller à la pompe : ouf!!!!

    Aimé par 2 personnes

      1. Faire un tas au dessus des plants de pommes de terres (ou des tiges.
        Cela l’oblige à pousser plus.
        Et le cheval est pas mal pour ça. La terre n’est point tassée comme avec un tracteur de type lourd.

        Sinon très apprécié le texte.
        Philosophie et humour, assez détonant pour un carburant…
        Miss G 😊

        Aimé par 2 personnes

  3. Ah, les belles-mères ! Un fléau pour l’humanité !
    Ce post m’a donné envie de m’intéresser à ce rabais de 18 cts par litre que nous « offre » si généreusement l’État…
    Oui, « offre », n’est certainement pas le bon mot à employer car, l’État… c’est nous ! Donc, on payera d’une façon ou d’une autre cette ristourne (un faux cadeau, comme il y a des faux amis… !). Et je rajouterai : y compris ceux qui roulent en électrique, ou, bien pire, en vélo ! Merci à eux !
    Ce rabais est appliqué chez les grossistes (et non aux stations-services). Le rabais se décompose en deux parties : 15 cts HT, plus 3 cts pour la TVA…
    Autrement dit… l’État se goinfre avant en taxes chez les pétroliers (Total et Cie) et après (distributeurs qui paient toujours la TVA plein pot !). Et encore un peu chez les grossistes, car 3cts, finalement ce n’est pas grand-chose d’ôter à la TVA ! En résumé… on se fait bien entuber ! Rappelons aussi (mais, vous devez le savoir !) que le principe d’une taxe (un pourcentage) sur une denrée c’est le jackpot assuré, car plus la denrée augmente et… plus la somme perçue augmente ! L’État s’enrichit donc un peu plus à chaque fois que l’essence augmente !

    Aimé par 3 personnes

  4. Vive les langues de belles mères !

    wiki : « Une langue de belle-mère, également appelé sans-gêne ou, au Québec, mirliton, est un accessoire de cotillon utilisé dans les occasions festives. C’est un tube en papier (parfois en plastique) avec souvent tout du long une bande en plastique ou en métal souple, aplati et enroulé en spirale, muni d’un bec en plastique avec une anche simple — ce qui en fait donc une clarinette — ou plus rarement un sifflet. En soufflant dans le bec, le tube se déroule et l’anche émet alors un son caractéristique.

    Certains modèles possèdent en plus une courte plume teintée, collée au bout du tube. Elle peut servir à chatouiller une personne située en face de l’utilisateur de l’accessoire. »

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s