Beach ô ma beach

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

(je me demande si je n’ai pas déjà traité ce sujet lors des JO…)

En ce moment, je regarde, un peu, les championnats d’Europe de plein de trucs, programmés sur les chaines de Rance Télévisions. C’est l’occasion de voir des sports peu diffusés comme le tennis de table, le cyclisme sur piste ou le barre à roue (si quelqu’un a la référence, je me sentirai moins seul). Mais aussi des sports ridicules comme l’escalade ou le beach-volley et ses lignes mouvantes (si c’était le sable qui était mouvant, ce serait plus rigolo).

Et le scandale est de retour.

Figurez-vous que la fédération internationale de beach-volley décide de tout, notamment de la tenue des joueuses. Il s’avère que ces dames jouent en maillot de bain deux pièces, mais pas forcément parce que c’est commode mais car de vieux messieurs libidineux ne leur laissent pas le choix. Il semble que la règle internationale oblige les jeunes femmes à montrer, au moins, 90% de leur anatomie. Je suppose que les vieux barbons, outre pour se rincer l’œil, estiment que tous les hommes sont comme eux et ne regardent le sport féminin que s’il est sexy, ce qui est totalement presque faux sauf pour le football américain féminin (cherchez sur Gogol, vous risquez d’être surpris ; gare à vos pacemakers, messieurs, le cas échéant). Une nation, je ne sais plus laquelle, a opté pour une tenue plus décente, plus couvrante, sans doute plus pratique. Ni une ni deux, ces petites effrontées ont été mises à l’amende pour avoir osé couvrir leurs fesses. C’est juste affligeant. A moins, bien entendu, que ce soit leur choix.

D’ailleurs, je me demande pourquoi en athlétisme, la plupart des femmes revêtent une culotte qui leur rentre dans le sif plutôt qu’un short, qu’il soit flottant ou en lycra. Je ne crois pas que la fédération internationale d’athlétisme soit aussi stupide que sa consœur du beach-volley, les athlètes ont le choix. Imaginez les hommes courant en string ! Je ne suis pas une sainte Nitouche, je ne m’offusque pas de voir les fesses des sauteuses en longueur, c’est juste que cela ne me semble pas indispensable.

Petit retour sur le ping-pong. Contrairement à une idée reçue, c’est un sport très télégénique assez agréable à regarder. J’ai un peu touché ma bille en ping-pong dans ma prime jeunesse (crotte, j’ai oublié d’en faire part à mon ex-futur employeur). Mes géniteurs m’avaient même offert une table. Je me souviens qu’elle était très belle mais que le filet était une vraie calamité qui se cassait la gueule à tout bout de champ. Je m’étais dit qu’il serait malin d’inventer un filet semi-rigide qui s’enroulerait sur lui-même. J’aurais dû déposer le brevet…

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29 – août 2022

Publicité

4 commentaires sur “Beach ô ma beach

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s