Garde-robes

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Dans une autre vie, lorsque je gagnais, raisonnablement, celle-ci, je m’étais lancé un défi. Me vêtir exclusivement avec des fringues françaises ou, à la rigueur, des fringues issues de la communauté européenne.

Depuis quelques années, je m’habillais exclusivement dans une enseigne française dont le nom commence par « de » et finit par « vred » car la boutique présentait l’avantage de se situer à vingt mètres de chez moi. Un peu naïvement, j’étais convaincu que les habits que j’achetais ne provenaient pas des ateliers asiatiques. Pour plus de certitudes, je m’engageais dans une enquête approfondie afin de vérifier que mes t-shirts et mes chemises n’avaient pas navigué à bord de porte-conteneurs depuis le port de Shangaï, je regardais les étiquettes. Pas con hein ?

Bien entendu, tous mes vêtements estampillés « Devred » venaient d’Asie. Sauf les jeans. Eux étaient fabriqués en Turquie. Même les trous.

Alors j’ai fait des recherches, pour me rendre compte que si je ne voulais pas me balader en caleçon et chaussettes, il m’était quasiment impossible de couvrir mon corps délicat avec des vêtements français, en tout cas sans faire appel à un usurier de la mafia, pour faire mes courses avenue Montaigne à Paname.

Comme il m’était impossible de me vêtir français, je décidais de ne plus acheter de fringues. Depuis 2015, je n’ai pas dépensé le moindre centime pour m’habiller. Sauf quelques caleçons car le lobby des élastiques de caleçons sévit, encore et toujours, en appliquant le principe de l’obsolescence programmée.

Donc, j’use. Heureusement que j’ai accumulé dans les années fastes et que mon tour de taille n’a pas trop évolué.

Je suis le champion du t-shirt effiloché, du jean rapiécé et des chaussettes trouées. Je suis grunge trente ans après. La classe absolue ! Le plus curieux, c’est que j’ai une commode pleine de vêtements neufs, plus exactement jamais portés, que je sors, parcimonieusement, pour remplacer un habit que je jette, le cœur serré, parce qu’il deviendrait indécent de le porter, même au jardin.

Même s’il m’arrive de jeter un habit, je possède des fringues qui datent du siècle dernier, voire des années 80, et que je porte toujours. Je n’ai jamais été une fashion-victim.

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29 – août 2022

14 commentaires sur “Garde-robes

  1. Moi, j’essaye d’acheter des vêtements du Temps des Cerises, bien que je sache que seulement le ticket vient vraiment de France. Mais il me plaît de soutenir une marque qui ne joue pas à la politique dans mon propre pays.

    Aimé par 1 personne

  2. j’ai encore de chouettes vêtements d’il y a une vingtaine d’années, j’en achète d’autres (pour quelques tout petits euros) en très bons états dans une ressourcerie de mon patelin, et quand l’envie me prend de faire une petite folie et que je bosse quelques rares autres originaux et faits main par une couturière du coin et pas chers rapport qualité prix !
    Et la mode je m’en tape aussi le popotin …

    Aimé par 1 personne

  3. Chez nous, c’est le fils qui habille le père pour suivre… Sa propre mode ! Et le père porte les vieilles fringues de la mère au jardin! C’est la valse des vêtements… Tous Stylistes ! Sachant que le vrai style, c’est de ne pas en vouloir !
    Alors comme ça vous avez, vous, la taille éternelle, celle qui n’évolue pas ! Chapeau bas !

    Aimé par 1 personne

      1. Nan ! Pas de potager ici. Ma moitié ne met que les pantalons et shorts ( en entier! LOL ) pour surveiller notre mini-mini-pinède et passer la tondeuse sur les quelques mètres carrés d’herbe à vache ou encore tailler les haies de lauriers-cerises. Ce qui lui tient le plus à coeur, ce sont ses boutures (de tout et c’est le roi du marcottage) et ses haies de buis ( en guettant la pyrale ). Quant à moi, je refais le coeur de mon pyracantha ou je ratisse en ramassant les pignes de pins. Nous sommes de tout petits petits jardiniers, nous! Alors pourquoi s’habiller class ? Néanmoins il arrive que le Papy ait une sacrée touche, je le concède… Quant à moi… Je suis bien au-delà du ridicule… Le souvenir d’avoir été belle et adulée comme une star le jour de mon mariage, au Crétacé supérieur, nourrit mes Illusions ad aeternam!

        Aimé par 1 personne

  4. pour acheter français, il faut gagner au loto. alors, pour ma part, j’achète en seconde main. Mais avec l’âge, j’achète de moins en moins, vraiment moins et devinez ? je ne m’en porte pas plus mal. en fait cette mode du troc ou de seconde main pour vêtement ou livres( allez sur le site de Gibert), c’est un retour bienvenu à nos ancêtres

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s