Muscles

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me raconte.

J’ai pris un risque. Je me suis inscrit dans un club sportif.

Bon, ce n’est pas de l’iron man ni de l’haltérophilie. C’est du ping-pong. Pardon, du tennis de table. C’est étrange comme les pongistes sont susceptibles quant à la dénomination de leur sport. Que je sache, on ne les appelle pas les « tennismen tabulaires », mais bien les pongistes. Au fond, peu importe, je ne veux pas faire de vagues juste quelques des « top-spins ». Pour info, le tennis de table, c’est le sport que dominent les Chinois, le ping-pong, c’est le loisir favori des gamins en récréation et les parties avec tonton Marcel, le dimanche après-midi, quand il n’a pas abusé de la poire.

Hier, entre dix-huit heures et vingt heures, j’ai bénéficié d’une séance « découverte ». En gros, je connais le fonctionnement de ce sport. Ce n’est pas très compliqué. Le but du jeu consiste à taper dans une petite balle en celluloïd de 2,7 grammes, afin qu’elle rebondisse sur la table du côté de votre adversaire, et que celui-ci, dans la mesure du possible, soit dans l’impossibilité de la ramener de votre côté, en tout cas, qu’elle ne touche pas la table. Il y a aussi le service, mais là, vous n’êtes pas prêts. Moi non plus.

Dans ce club, tout le monde joue avec tout le monde. Dans les faits, un tableau hebdomadaire définit les horaires auxquels vous pouvez prétendre selon votre niveau et votre implication (si vous voulez jouer en championnat, notamment), mais dans la réalité, c’est le bordel. Par exemple, moi je suis vétéran/débutant/loisirs. Le créneau qui m’est proposé se situe le dimanche matin de 10 heures à midi. A l’heure de la messe ! Quelle hérésie ! J’ai immédiatement prévenu le diocèse qui a dépêché un exorciste afin de permettre à ces sportifs du dimanche de retrouver le chemin de la rédemption.

Bon, au final, je peux venir jouer le mardi et le vendredi en fin de journée, une paire d’heures. Nickel. Sauf que 99% des joueurs ont un niveau sensiblement supérieur au mien. C’est dire ! Ils ne rechignent pas à m’affronter mais retiennent leurs coups pour éviter de devoir m’offrir des hanches en plastique. J’ai joué un match : 11/2 11/2 11/4. Et encore, le gars droitier jouait de la main gauche, les yeux bandés et assis dans le vestiaire.

Je me suis dépensé deux heures. A mon âge, et vu ma condition physique, ce n’est pas raisonnable. Ce soir, j’ai encore mal à des muscles dont je ne soupçonnais pas l’existence.

Non, mais sérieusement.

 © Gifnem29 – septembre 2022

11 commentaires sur “Muscles

  1. Moi c’est pire ! quand la balle arrive, soit je ne la vois pas (ça a un nom cette anomalie de la vision), soit je pars en courant pour éviter de ma la prendre dans la figure !
    Y a pas, je préfère le vélo et les balades à la nage, puisque j’ai le plus beau lac du monde à portée de pédale.

    Aimé par 2 personnes

  2. Coluche disait que le tennis c’est la même chose que le ping-pong sauf que… les joueurs sont sur la table!
    Bonne chance pour ta future carrière sportive. Nous ne pourrons pas jouer ensemble car les sports de balle sont impossible pour aux ‘monovisionistes’… qui, à l’instar de Jeanne Schmid, ne voient pas arriver le projectile!

    Aimé par 3 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s