Glaz

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Un jour, j’ai lu un truc assez étonnant sur la perception des couleurs. Pour faire simple, le texte expliquait que la science ne peut absolument pas prouver que nous voyons tous la même chose lorsque nous sommes face à du rouge, par exemple. Et je ne parle pas des pathologies type daltonisme.

Il ne s’agit pas de dire que certaines personnes voient du vert là ou d’autres voient du jaune, non, pas du tout. L’article tentait de démontrer que si vous regardez une voiture, votre cerveau vous donne l’information de sa couleur d’après un nuancier qui vous est propre. Tout le monde, hors maladies de la vision, est d’accord pour dire que la voiture est rouge, sauf que la couleur que nous voyons n’est sans doute pas celle que voit notre voisin.

Vous n’avez rien compris ? C’est normal, déjà moi j’ai eu beaucoup de mal.

Dans un autre genre, il existe des couleurs pour lesquelles il est difficile de se mettre d’accord. Notamment celle que ma grand-mère appelait le « bleu canard ». Le « bleu-vert ». Des études affirment que 80% des personnes pensent que le « bleu-vert » est une nuance de bleu, contre 20% qui penchent pour le vert. Pour une fois, je suis dans la minorité. Toutefois, je préfère dire « bleu canard » en hommage à ma grand-mère.

En Bretagne Nord/Ouest, les paysages marins proposent des panoramas extrêmement différents. Cependant, presque tous se rejoignent sur un point, en cas de mauvais temps, lorsque la frontière entre le ciel et la mer est incertaine. Une couleur.

Le ciel, la mer, les rochers, parfois se confondent en un camaïeu de gris, de bleu et de vert. Problème, le camaïeu ne concerne qu’une couleur, en principe. Sauf en Bretagne Nord/Ouest.

En Bretagne Nord/Ouest, ces trois couleurs n’en forment qu’une. Le « glaz ». Un mélange, unique au monde, de gris, de bleu et de vert.

Alors ça va deux minutes les chapeaux ronds, le biniou et le kouign-aman ! En Bretagne Nord/Ouest, nous avons inventé une couleur ! Qui peut en dire autant ?

Des peintres se sont suicidés parce qu’ils ne parvenaient pas à saisir le « glaz ». Des poètes ont sombré dans le chouchen car leurs mots ne parvenaient pas à rendre justice au « glaz ».

Une vraie terre de couleur maudite.

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29 – septembre 2022

5 commentaires sur “Glaz

  1. Une histoire vraie :

    L’année dernière, j’étais chez Ladurée, et j’ai demandé au vendeur une boîte rouge. Il m’a répondu qu’il n’y avait aucune boîte rouge. J’ai monté le doigt vers une boîte et dit « celle-ci ». Il m’a dit « ce n’est pas rouge ». J’ai pensé un instant puis dit « Bon, une boîte rose. Je suis un homme ; c’est la même chose. »

    Aimé par 3 personnes

  2. Un type entre dans une boutique de fringues et demande une chemise couleur lilas. Après avoir sorti tout ce qu’il possède de chemises dans la gamme des violets, le client trouve enfin son bonheur et choisit une chemise blanche. Etonnement du vendeur mais réponse du client: Vous n’avez jamais vu de lilas blanc?

    Bon dimanche !

    Aimé par 4 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s