Le prince qu’on sort

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Charles Zesseurde est installé sur le trône, et il compte bien en profiter.

Voilà bien longtemps qu’il vivait dans l’ombre de sa mère. Pas simple d’aller pointer au chômage lorsque sa daronne dirige le Commonwealth. Et v’là t’y pas qu’à 72 ans, il est bombardé commandant en chef. Il va se rattraper Pépère, et pas qu’un peu.

Jusqu’à présent, il n’a rien fichu de sa vie. Dorénavant, il n’en foutra pas une rame non plus, mais tout le monde applaudira dès qu’il sortira le moindre mot, écrit par toute une armée d’auxiliaires d’écriture.

En plus, toutes ses manies dont le peuple se gaussait vont devenir des exigences royales parfaitement compréhensibles étant donnée la charge qui pèse sur ses pauvres épaules de septuagénaire peu versé dans l’activité physique, à l’exception notable de la chevauchée de Camilla.

La presse se repaît des petites maniaqueries dont est atteint Charles Zesseurde. Oh, rien de bien méchant. Prenons quelques exemples.

  • Charlie aime que son pyjama soit repassé chaque soir. Quoi de plus naturel ? En revanche, il est vrai que son désir que l’on donne, également, un coup de fer à ses lacets de chaussures peut sembler un poil surprenant.
  • Charlot exige que son petit-déjeuner soit millimétré. Et alors ? Moi aussi. Certes, je ne sors pas mon double décimètre pour vérifier le diamètre de mon demi-pamplemousse, mais c’est parce que je n’ai pas de valet de pied.
  • En voyage, Zesseurde se déplace avec son papier toilette et sa lunette de chiottes. Moi, je dis bravo. Bravo pour ce souci d’hygiène. Ainsi, sa Majesté n’impose pas à tout un chacun de poser son cul là où il a posé le sien.
  • Le dentifrice. Cette histoire de dentifrice traine dans les tuyaux depuis un bout de temps. Chacha aurait un employé, à plein temps, dont la seule tâche consisterait à déposer, exactement, deux centimètres de dentifrice sur la royale brosse à dents. Alors là, je dis non. Deux centimètres, c’est trop. Un centimètre suffit largement. D’autant qu’une étude a prouvé que le dentifrice est un très bon produit pour l’hygiène bucco-dentaire, mais qui, à l’image de la strychnine, se montre néfaste pour la santé si on en abuse.
  • Notons pêle-mêle quelques autres habitudes royales : depuis l’interdiction de vente des cotons-tiges, Charles aurait chargé un domestique de récupérer les javelots usagés afin de nettoyer, convenablement, ses augustes oreilles ; il faut savoir que, depuis tout petit, Charles peine à trouver le sommeil, par conséquent, il ne supporte que les oreillers en plumes de cachalots albinos ; enfin, monsieur Mountbatten-Windsor refuse, systématiquement, que les automobiles dans lesquelles il prend place, passent sous des tunnels, allez savoir pourquoi !

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29 – septembre 2022

12 commentaires sur “Le prince qu’on sort

  1. A un âge aussi respectable, pensez à toutes ces manies qu’on acquis… A qui ? à lui, à vous, à nous… Moi j’ai acquis celle de passer vous voir tous les matins, j’espère que vous n’en souffrez point car j’emploie juste papy H. Pour me souffler des idées de répliques et je le paye d’un bon repas à midi! A chacun ses marottes!

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s