Le caikozolives

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je mange.

Aujourd’hui, j’ai décidé de partager avec vous ma passion pour la cuisine.

Ma spécialité, mon plat signature, c’est le caikozolives. Je vous propose ma recette ultra-secrète mais je vous demanderai de ne pas la divulguer sur vos rézosocio. Merci.

Pour confectionner un caikozolives pour X personnes (je n’ai jamais trop compris les recettes qui précisent le nombre de convives ; ça dépend de l’appétit de chacun, non ?), il vous faut :

  • quatre cuillerées à soupe de farine blanche ; l’idéal est de faire pousser soi-même son blé, afin d’éviter les produits non désirés type pesticides ou pipi de renard ; en principe, vous trouverez sans trop de difficultés un meunier qui, contre quelques écus, vous broiera les épis.
  • trois œufs de poule ; souvent les recettes ne précisent pas la provenance des œufs, pourtant c’est très utile car si vous utilisez des œufs de caille voire des œufs de Pâques, le résultat sera très différent.
  • une cuillerée à soupe d’huile d’olive, vierge, pressée à froid (vous savez, vous, ce que cela signifie de l’huile vierge ?).
  • des olives, plein ; des vertes, des noires et d’autres couleurs si vous trouvez.
  • des dés de jambon (optionnel si vous êtes végan ou si vous êtes vous-même un cochon).
  • 75 grammes de fromage râpé (plus si vous choisissez de changer de monture en cours de route et de préparer une raclette).
  • (attention, âmes sensibles veuillez passer à la ligne suivante pour éviter la crise d’épilepsie ; en vous remerciant) une demi sachet de levure de boulanger ; oui, je sais, c’est dégueulasse, mais moins que la levure chimique en sachet rose qui a gâché une partie de mon enfance ; par ailleurs, je n’ai pas testé les blancs en neige sur cette recette, j’attends vos retours.
  • sel, poivre, point trop n’en faut.
  • ingrédient secret qui donne du moelleux à la préparation (pour savoir qu’il s’agit d’un petit pot de faisselle, je vous prie de me faire parvenir 50% de votre PEL par le biais de Western Oignon).
  • faites une pause parce que vous êtes fatigué.
  • coupez les olives en petits morceaux, et arrêtez d’en manger merde !
  • mélangez le tout très énergiquement ; le mieux étant de délocaliser le remuage pour éviter de sentir le fennec pendant la soirée.
  • versez dans un plat à caike que vous aurez, préalablement, chemisé avec du papier truc-machin afin d’éviter que cette saloperie colle au fond de votre plat soi-disant anti-adhésion, je t’en ficherais moi de l’anti-adhésion…
  • enfournez au thermostat de votre choix jusqu’à ce que ce soit cuit.
  • sortez le plat quand c’est cuit parce que votre four est trop petit pour accueillir vos invités.
  • dégustez avec ce que vous voulez, je ne suis pas votre mère non plus.

Voilà, vous allez vous régaler.

Et bon appétit bien sûr.

De rien.

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29 – septembre 2022

Publicité

16 commentaires sur “Le caikozolives

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s