Le con de la rivière Pwaï

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Ce matin un pont a explosé. Qui l’a fait sauter ? Les media ne sont pas en mesure de donner une information certaine. On le saura un jour. Ou pas.

Le pont est une métaphore.

Le pont relie les hommes. Détruire un pont revient à séparer les hommes.

Je ne fais pas de politique. Je ne vote même pas, je laisse cela à ceux qui savent. Toutefois, l’attaque de ce pont ressemble fort à une scission, un éloignement définitif. La Russie s’isole de plus en plus. Les Chinois semblent tourner le dos à Igor et le peuple russe lui-même ne veut plus suivre son leader. Sauf que le Tsar et ses amis ne voudront pas perdre la face. Foutu pour foutu…

Revenons aux ponts.

Vous ai-je déjà dit que je suis pontophobe ? Ben oui, j’ai peur des ponts. Il faut dire qu’on dirait que ces trucs-là sont construits pour tomber.

Prenez le pont d’Avignon. On y danse, on y danse, bon, il faut bien que les jeunes s’amusent un peu. Sauf qu’à force, le pont s’écroule. Ils devaient danser tous en rythme, provoquant ainsi des vibrations et le vieux machin n’a pas tenu le coup. Quelle idée d’aller danser sur un pont ! Et hop, trente gigoteurs au fond de l’eau. Déjà que moi je n’y passe pas en voiture. En effet, ça réduit drôlement mes déplacements. Je dois faire des détours pas possibles. Par exemple, l’été dernier, je voulais passer quelques jours sur l’île de Ré. Pas question d’emprunter le pont, d’autant qu’il est payant. J’ai cherché un autre accès, walou ! Du coup, j’ai poussé un peu au sud. Je voulais voir le viaduc de Millau. Ben quoi ? Donc, vous ne faites pas la différence entre un pont et un viaduc. Le mot viaduc, comme son nom l’indique (j’ai fait neuf ans de lapin), signifie la route du duc. On ne sait pas quel duc en revanche. Alors que le mot pont, comme son nom l’indique, signifie le pont. Sur place, je vous avoue que la différence ne m’a pas sauté aux yeux. Du coup, je suis passé en dessous.

Quand je me trouve sur un pont assez haut, je ne peux pas regarder en bas. D’après ce que je sais, ce n’est pas le vertige mais la peur du vide. Sous le pont de Millau, j’ai vécu une expérience étonnante. La peur du vide à l’envers. J’ai levé la tête. Faites l’expérience (rien d’extraordinaire), je vous promets une (petite) surprise. De plus, ça marche sous n’importe quel haut pont, pas que à Millau où je n’ai jamais fichu les pieds.

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29 – octobre 2022

17 commentaires sur “Le con de la rivière Pwaï

  1. A force d’emprunter le Patrickduc quotidiennement… « Je m’amélioooore » ( je chante de Palma, là)… Voilà, j’ai bien tout relu… J’ai encore « le vertige… » ( Non je ne chante pas Bashung) de la pensée ! Petit pont et je marque un but dans les cages de l’amitié !

    Aimé par 3 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s