Cartel – Don Wislow

Cartel – Don Winslow – Seuil

Le « Guerre et paix » des romans sur la drogue – James Ellroy

Mesdames et messieurs, un chef d’œuvre.

Une claque, que dis-je un uppercut de Tyson au sommet de sa forme. Déjà avec « La griffe du chien » Winslow avait frappé fort, mais là, il surpasse tout.

Mais attention, âmes sensibles !

Don Winslow ne prend pas de gants, il écrit sur les narcotrafiquants sans l’ombre d’une retenue. C’est glauque, ultra-violent, sans concession, âpre, choquant, à la limite du supportable. Mais, pour autant, ce n’est pas pour en mettre plein la vue aux lecteurs comme le font des petits scribouillards de bas étage. C’est nécessaire.

Le monde de la drogue, au Mexique, est pire que tout ce que vous pouvez imaginer.

Les Cartels sont des états dans l’état. Et, bien souvent, ils sont plus puissants que l’administration gangrenée par la corruption. Le Mexique est en guerre depuis cinquante ans et personne n’en parle. Les assassinats se comptent en dizaines de milliers, et tout le monde s’en fout. Sauf le peuple mexicain qui vit dans la terreur.

Les sommes générées par le trafic de cocaïne, essentiellement, représentent le budget de la moitié des pays du monde. Les narcos apparaissent régulièrement dans la liste des hommes, et parfois des femmes, les plus riches, et les plus influents du monde. C’est insensé.

Les USA combattent les Cartels après les avoir soutenus (c’est le sujet du premier tome, « La griffe du chien ») pour combattre le communisme en Amérique centrale (notamment au Nicaragua). Ils ont accepté que la cocaïne ravage leur pays pour destituer des dirigeants qui ne pensaient pas comme eux. Maintenant, ils font face à un tsunami totalement incontrôlable.

Je vous assure ces deux livres sont sidérants.

Il faudrait imposer la lecture de ces bouquins aux toxicomanes et aux dealers pour qu’ils comprennent que la saloperie qu’ils vendent ou sniffent est constituée, certes de produits chimiques, mais surtout de sang.

« Cartel » s’est, instantanément, inséré dans la liste de mes dix romans favoris, en éjectant, de fait, « Oui-Oui et la gomme magique ».

Immanquable.

Non, mais culturellement.

© Jourd’hu – novembre 2022

Un commentaire sur “Cartel – Don Wislow

  1. Tiens, je retrouve là tout ce que je vois dans mes séries coréennes… où je le conçois comme fictionnel… manipulations, meurtres, élections truquées, caisses noires, sociétés secrètes… Du vrai, tout ça? (je viens de finir Little women en 10 épisodes… quel dommage que je ne puisse avoir votre avis sur ce drama à regarder en VOST sur Netflix ! J’y ai vu tout ce bazar.)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s