Fatigué (titre piqué à Renaud, j’assume)

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, et de plus en plus souvent, je suis fatigué.

Quand j’étais étudiant, je désirais entrer dans la police. Œuvrer à traquer les ordures pour les mettre hors d’état de nuire me semblait une tâche noble. J’aurais hésité entre les stups et les mœurs car se gaver sur la misère humaine me débecte au plus haut point. Les dealers et les proxénètes représentent, à mes yeux, ce que la société peut produire de pire car ces personnes ne peuvent prétendre souffrir d’une pathologie quelconque, si ce n’est l’absence totale de scrupules et de respect pour la vie humaine. Si les assassins et les violeurs doivent également être écartés de la vie sociale, j’estime, à tort peut-être, que leurs crimes relèvent autant de l’internement psychiatrique que de la détention carcérale. Pourtant je tiens en piètre estime les psys et leurs constats indiscutables que les autorités commandent à la moindre incartade d’un individu. C’est assez surprenant cette association entre la justice et les psys (pour info, 80% des gens en probation doivent suivre une analyse psy sous peine de retourner en zonzon).

Je voulais donc devenir policier, pas gendarme, policier. Pas pour le flingue. L’amour de mon géniteur pour les armes à feu m’a toujours semblé louche. Pour aider. Juste aider. Grand naïf que j’étais. Un manque d’ambition et une flemme indécrottable m’ont éloigné de ce projet. Aurais-je supporté la haine, la violence, le mépris ? Je ne crois pas. J’envisageais davantage Maigret ou Adamsberg que les cohortes de bonhommes casqués qui tabassent sans partage. Oui, je sais ce que vous pensez. Les forces de l’ordre payent un lourd tribut lors des manifestations et je le déplore vraiment. Les casseurs ne méritent aucune espèce de compréhension. Ce sont des bêtes sauvages en milieu urbain. J’ai vu des images d’une concession de motos entièrement saccagée et en partie incendiée. Pourquoi ? Juste de la jalousie ? Un sentiment d’injustice parce qu’ils ne peuvent pas s’offrir un de ces engins ? De la haine pure ? Je fustige souvent ici mon éducation. Cependant, je n’ai jamais porté atteinte au bien d’autrui. Je n’ai jamais volé (même pas un bonbon), je n’ai jamais rien détruit qui ne m’appartenait pas (la voiture de ma mère, ça compte ?), je n’ai jamais acheté de drogue et je suis un de rares hommes de mon entourage à ne jamais avoir sollicité les services d’une prostituée. Limite, je suis un saint laïc. Bon, j’ai aussi mon côté obscur, bien entendu, et je ne vous le conterai jamais sauf si vous ouvrez une cagnotte « Litchi » à mon nom et qu’elle atteint une somme indécente comme le prix d’une villa de trente-cinq pièces au Venezuela accompagné de quelques milliers d’actions Paris-Bas ou des emprunts russes, à vous de voir.

Je suis content de ne pas être le policier qui doit obéir aveuglément à sa hiérarchie ou à des collègues proches des extrêmes, racistes, homophobes, sexistes et j’en passe.

Je ne supporte plus ces images de haine humaine. J’ai l’impression d’évoluer dans un monde parallèle, un monde loin de cette violence qui me terrifie. Je fais partie de ces gens qui respectent l’autorité, qui ont encore cette peur du gendarme alors qu’ils n’ont rien à se reprocher.

Pour tout vous dire, je n’aspire plus à grand chose. Peut-être publier un bouquin ou deux qui ne se vendront pas. Continuer à écrire des âneries sur ce blog (je fais même le serment de ne plus jamais être sérieux). Me cloîtrer dans une maison douillette dotée d’une cheminée à l’ancienne (pas un de ces inserts ridicules qui sont au feu de bois ce qu’un soldat de plomb est à la Grande Armée). Me procurer deux chattes que je nommerai Bastet et Isis. M’ensevelir sous des tonnes de livres. Boire du thé et de la frizzante. Soigner mes arbres fruitiers et distribuer les fruits aux nécessiteux.

Ou alors, rendez-moi mes vingt ans.

Je promets de moins fréquenter les bistrots et de consacrer mon énergie à l’écologie, à l’humanitaire et à l’oncologie.

J’épouserai aussi Héléna Noguera.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

7 commentaires sur “Fatigué (titre piqué à Renaud, j’assume)

  1. Bon choix… (Héléna) !
    Moi, si j’ai deux cochons un jour, je les nommerai Ursaf et Karpimko !
    Bon… je vois ce que c’est, petit coup de mou, hein ?! Allez, une bonne cuite et ça va repartir ! Et une statue comme celle du Mandarom, ça te dirait pas aussi ?!

    J’aime

  2. Comment dire? Oui, mais non, Helena Noguera, ce n’est pas possible. Depuis quarante ans que je me passe en boucle la vidéo de Lunettes noires, j’espère bien concrétiser avant que la sénilité ne me rattrape.

    J’aime

  3. Oh que je comprends ce coup de gueule mais est-il vraiment justifié ? Il y a des moutons noirs dans toutes les professions et c’est parce qu’ils font trop de mal et que leurs méfaits sont très visibles qu’on en parle autant et qu’ils jettent le discrédit sur toute une profession. Il est bon de préciser que ces racistes violents ne représentent qu’une minorité de la police.
    Il ne faut pas oublier que lors des attentats de 2015, une policière a été tuée ;. que quelques mois lus tard, des policiers ont été assassinés devant chez eux parce qu’ils étaient policiers.
    Certes certains sont des cons finis, des brutes épaisses, des racistes, bref des hommes qui sont le déshonneur de la police, des hommes qui oublient que, lorsqu’un ordre de leur hiérarchie va à l’encontre de la loi ou de la morale, ils sont en droit de refuser d’exécuter cet ordre.
    Malheureusement ces « policiers » sont trop incultes pour savoir cela ou alors, l’ignorer les arrange parce que cela leur permet d’assouvir leurs plus bas instinct.
    Heureusement, ces pauvres types ne représentent qu’une infime partie de la police, une police qui continue de faire son travail, qui risque sa vie dans les cités où règnent des caïds violents aux tendances parfois meurtrières, des policiers qui risquent leur vie et se font tabasser comme des bêtes à abattre dans certaines manifestations par des groupuscules ultra violents ou qui sont les cibles de voyous comme ce fut le cas de ces deux policiers qui faillirent brûler vifs dans leur véhicule incendiés par des voyous de cités.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s