Des hommes et déchets

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Je ne suis pas un écolo pur et dur. Loin de là. Toutefois, depuis, quelques années, je considère que je fournis des efforts afin de laisser une planète vivable à vos enfants.

Je vous avoue que, chaque fois que j’éteins la borne wifi ou que je ne tire pas la chasse après la petite commission (calmez vous, je vis seul, et j’utilise des pastilles de javel une fois par semaine), je pense aux Indiens, aux Brésiliens et aux autres habitants des pays dits émergeants qui, après des décennies de vaches maigres, désirent, enfin, profiter des bienfaits de la société de consommation, et n’en ont rien à foutre de la préservation de l’environnement. Comment leur en vouloir alors que nous avons gavé les océans de plastique pendant un siècle ?

En faisant un peu preuve d’optimisme, on peut se dire qu’ils feront mieux que nous. Ce n’est pas très difficile.

Comme vous le savez (ce début de phrase pue la vanité), je marche beaucoup dans les rues de la ville et un peu à la périphérie. Je constate, chaque jour, que tout le monde, même chez nous, ne se sent pas concerné par l’avenir de la planète. Certes, je ne marche pas le long d’un site d’enfouissement de déchets nucléaires ni sur le parking d’un fast-food, mais tout de même, je ne comprends pas.

Voici le top 3 des déchets.

1- les masques : en effet, comme vous, je suis surpris ; d’autant qu’ils ne sont plus obligatoires depuis un bon moment ; je pense que les gens se vengent, consciemment ou non ; l’état les force à se couvrir le nez alors ils salopent les rues avec leurs masques usagés (un peu simpliste, je vous l’accorde, mais je ne vois pas d’autre explication à cette pollution paramédicale).

2- les canettes en aluminium : un grand classique ; parfois intactes, parfois écrasées, histoire de varier les plaisirs ; sans doute jetées par la fenêtre des voitures ; une majorité de boissons énergétiques ; sûrement les petites vieilles du club de scrabble.

3- les déjections canines : comme j’ai déjà écrit tout un article là-dessus, je m’abstiens de développer, mais si quelqu’un trouvait le moyen de rendre cela comestible, la faim dans le monde serait éradiquée.

Selon mes estimations, ce n’est pas gagné.

Non, mais sérieusement.

© Gifnem29 – juillet 2022

Publicité

10 commentaires sur “Des hommes et déchets

  1. « mais quelle planète on va laisser… » Le leitmotiv que répètent les touristes en prenant des avions éliminateurs de réserves d’énergie pour aller faire trois petits tours en choppant le prochain virus à ramener dans sa région… Et on sera quand même 10 milliards de terriens très bientôt ! Dit une mémé inscrite au club de tricot !

    Aimé par 1 personne

      1. Mais non, je carbure à la tisane en chevrotant « pourquoi tu pars loin de moi, là où le vent te porte loin de mon coeur qui bat a a a » pour qu’Hélène, (ou Aline le coup d’après) revienne
        auprès de Roch ( ou de Christophe) sur le sable non mazouté des plages du sud! Et le tricot… C’est un maillot en filet de pêche recyclé pour écolo à ranger dans notre sac en toile de spi… Et pis c vache de suggérer quelque autre atavisme honteux chez une mémé. Je suis verte… Je soigne leur planète !

        Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s