Damoclès

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Ma déontologie bloguesque m’oblige à revenir sur un sujet d’actualité qui, je crois, m’intéresse pas tout le monde. Les JO. Pardonnez-moi, mais reconnaissez que, lorsque l’on s’est pas donné pour mission d’écrire un billet par jour, les JO sont une manne presque inépuisable.

Aujourd’hui, je voudrais attirer votre attention sur un sport en particulier : l’escrime.

Dans un premier temps, je vais évacuer de débat : l’escrime est-elle un sport ? La réponse est oui, puisse que le CIO lui assure une place importante tous les quatre ans dans le programme des JO. Ce qui m’interpelle un tout petit peu, c’est qu’à l’origine, il s’agit d’une manière de s’entretuer. Et, tout de suite après, je ne me dis que c’est une preuve de l’évolution de l’intelligence humaine. En effet, transformer des objets de mort en accessoire sportif doit être considéré comme un aspect positif de notre civilisation. Il paraît que des gens se penchent sur deux nouvelles disciplines olympiques, le lancer de grenade dégoupillée et le char d’assaut free-style. A noter que cette année, il n’y a eu aucun décès lors des épreuves d’escrime, juste un accident survenu au Kazakh Tregonov qui s’est blessé au torse en nettoyant son arme. Me rigolez pas. Jusque dans les années 80, l’escrime payait un lourd tribut à la mortalité des sportifs amateurs, car il arrivait que les armes utilisées rompent à l’impact et que la pointe effilée pénètre le corps de celui ou celle qui avait le malheur de se trouver du mauvais côté du fer. Aujourd’hui, c »est beaucoup moins rigolo, la sécurité et le principe de précaution ont éliminé les alea. Dommage.

Comme vous le savez sans doute, l’escrime est un trisport. Autrement dit, lorsque vous inscrivez votre gamin à l’escrime, il doit choisir entre le fleuret, l’épée ou le sabre. Pauvre gosse. L’avantage, c’est que, quel que soit son choix, il mettra, à peu près, le même nombre d’années à comprendre son sport.

Vous m’avez compris, le point principal de cette excellente démonstration concerne les règles de ce sport. Si vous n’êtes pas intronisé ou Gaston Deferre (qui, pour ceux d’entre nous qui n’ont pas la couleur, fut l’un des deux derniers combattants en duel sur le sol français), c’est totalement incompréhensible. Je vous assure que j’ai essayé, je crois que c’est pire que le rugby et à peine plus simple que le Kaboum. Selon la discipline, vous ne touchez pas le même endroit de votre adversaire et pas, non plus, avec la même partie de l’arme. De plus, il existe une priorité pour les assauts (là j’ai décroché). Mais le plus formidable, même si vous possédez une télévision dernière génération avec frigo américain, court de tennis et baby-sitter, même si vous réglez les contrastes, vous ne voyez absolument rien. Et on sent bien que les juges, eux-mêmes, ont un mal fou à se mettre d’accord.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

Publicité

4 commentaires sur “Damoclès

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s